Le n°1 et la n°2 de la direction des opérations douanières sont suspectées d'avoir orchestré des opérations de contrebande pour fausser positivement leurs statistiques.

Un faux marché noir de café aurait été mis sur place pour gonfler les résultats des douanes
Un faux marché noir de café aurait été mis sur place pour gonfler les résultats des douanes © AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Erwan Guilmin et Magalie Noël, numéro 1 et numéro 2 de la direction des opérations douanières, sont toujours en garde à vue ce jeudi soir à Paris. Les deux cadres du service le plus prestigieux et le plus secret ont suspectés d'avoir, au moins, cautionné l'importation frauduleuse de café de contrebande, avec pour objectif de faire grimper leur statiques en 2015.

Perquisition inédite en décembre dernier

Emmanuel Leclère, journaliste au service police justice de France Inter, a eu connaissance de mails et d'autres indices concordants et accablants, saisis lors d'une perquisition inédite et spectaculaire en décembre dernier au siège de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, à Ivry près de Paris.

L'opération visée concerne l'interception par les douaniers, deux ans plus tôt sur le port du Havre, de 43 tonnes de café de très mauvaise qualité. Le chef d'antenne du service des opérations douanières au Havre est d'ailleurs, lui aussi, toujours en garde à vue ce soir au pôle financicer du Tribunal de grande instance de Paris.

740.000 euros dans les faux plafonds

Les gendarmes avaient retrouvé dans son bureau, et plus précisément dans les faux plafonds, 740 000 euros en petite coupures de 10 et 20 euros. Une valise avec 40 000 euros supplémentaires, ainsi que 20 000 euros en cash à son domicile, ont également été retrouvés.

La juge d'instruction en charge de cette affaire, Aude Buresi, le soupçonne enfin, avec sa hiérarchie, d'avoir créé une caisse noire avec des fonds détournés. C'est là l'élément sans doute le plus grave de l'affaire. L'enquête doit déterminer si cette caisse noires est avérée et si les fonds proviennent de financements publiques ou s'ils sont liés à des saisies sur des trafics, de stupéfiant notamment.

L'autre interrogation, c'est sur la manière dont aurait pu être monté ce faux marché noir de café, un marché mis sur pied de toutes pièces, pour gonfler leur résultats..

Les trois chefs enquêteurs des douanes et deux de leurs aviseurs pourraient être mis en examen vendredi dans la matinée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.