On l'entend peu, on le sollicite guère mais Fettah Malki est aussi accusé au procès Merah. Il encourt 20 ans de réclusion pour des faits d'association de malfaiteurs terroristes.

Fettah Malki, qui depuis une dizaine de jours apparaît comme spectateur de ce procès, encourt tout de même 20 ans de réclusion.
Fettah Malki, qui depuis une dizaine de jours apparaît comme spectateur de ce procès, encourt tout de même 20 ans de réclusion. © AFP / BENOIT PEYRUCQ

Gilet noir, petite barbichette, Fettah Malki se lève dans le box. Il a le même âge que son co-accusé, Abdelkader Merah, mais en paraît dix de moins. Lui qui depuis une dizaine de jours apparaît comme spectateur de ce procès, encourt tout de même 20 ans de réclusion. 

Car, il a fini par le reconnaître après près d'une dizaine d'auditions en garde à vue, Fettah Malki est celui qui fournit le pistolet mitrailleur à Mohamed Merah. Celui aussi qui lui vend le gilet pare-balle que le tueur au scooter enfile pour commettre ses attentats. 

Mais, si Fettah Malki l’admet, il est un délinquant de la cité des Izards -120 000 euros sur un compte en banque, vente de drogue, de voitures, d’objets volés en tout genre-, le trentenaire se défend de tout radicalisme.

“Il ne fait même pas le ramadan jusqu’au bout” confirme son ex-compagne à la barre.  Lui, le “solitaire”, comme il se décrit, “qui se ronge les ongles et a l’esprit ailleurs” lorsqu’il rencontre ses collègues du quartier.

Alors, Mohamed Merah, oui, il le croise … “mais on n’avait pas le même âge, on traînait pas ensemble” explique Fettah Malki. Juste fait quelques affaires : une revente de voiture … et puis ce gilet pare-balle siglé police et cette arme rouillée d’avoir été enterrée dans le jardin de sa compagne. “Je lui ai confié pour qu’il la remette en état”, explique-t-il. 

Mais certainement pas pour commettre ces attentats, selon lui. “S’il m’en avait parlé, jamais je ne lui aurais donné. Jamais !” martèle Fettah Malki, qui lâche depuis le box. “Excusez-moi, mais c’est un enfoiré d’avoir fait ça”. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.