Témoignage collectif de deux journalistes, d’un dessinateur et d’un chercheur, cet ouvrage s’inscrit dans la longue histoire des croquis d’audience pour raconter de l’intérieur et de manière pédagogique cette scène terroriste du procès Merah et mettre en perspective les problématiques de la justice antiterroriste.

La salle d'audience
La salle d'audience © Radio France / Benoit Peyrucq

Le lundi 2 octobre 2017 s’ouvre au palais de justice de Paris ce qu’on appelle le "procès Merah".

Dans la grande salle des assises, se pressent et se bousculent les acteurs d’une scène d’audience particulière. Ce procès n’est pas celui de Mohamed Merah, l’auteur des attentats meurtriers de 2012 à Toulouse et à Montauban, mais celui de son frère Abdelkader et de son ami d’enfance Fettah Malki, jugés pour complicité et association de malfaiteurs terroriste. 

Il est surtout l’un des premiers procès terroristes de l’ère contemporaine, marquée sur le sol français par une répétition sans précédent d’attentats perpétrés au nom du djihad armé.

Le livre s'ouvre sur une préface du grand avocat pénaliste Henri Leclerc :

L’ouvrage est à la fois éducatif comme une thèse, informatif comme un reportage, et passionnant comme un roman

Les auteurs

Charlotte Piret est journaliste au service Enquêtes et Justice de France Inter et spécialisée dans les dossiers traitant de terrorisme. Elle couvre les audiences pour l’antenne de France Inter, ainsi que sous forme de live-tweet (compte-rendu en temps réel) via son compte Twitter @ChPiret.

Florence Sturm est journaliste à France Culture, spécialiste des affaires de justice et de terrorisme. Elle a notamment travaillé pendant des années sur le terrorisme basque de l’ETA. Elle assure les comptes-rendus d’audience sur l’antenne de France Culture, des compléments thématiques sur le site de la chaîne et dirige également le service Société de la rédaction. 

Benoit Peyrucq est diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1986. Après avoir longtemps exposé ses oeuvres dans de nombreuses galeries, il collabore depuis 2005 avec l’Agence France-Presse (AFP) et d’autres médias. En tant que dessinateur de presse judiciaire, il a couvert la totalité des procès les plus importants au cours de ces quinze dernières années.

Antoine Mégie est enseignant chercheur à l’université de Rouen. Après avoir étudié les dispositifs antiterroristes en Europe et en Amérique du Nord (université de Montréal), il focalise ses recherches depuis 2015 sur les procès des "revenants" de Syrie en menant une ethnographie judiciaire sur plus de soixante-dix audiences à ce jour.   

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.