florian philippot critique la politique syrienne de la france
florian philippot critique la politique syrienne de la france © reuters

Comme souvent dans ce type d'affaires, le député européen FN a obtenu la condamnation du magazine people pour "atteinte à la vie privée", après la publication de photos le montrant en compagnie d'un homme présenté comme son compagnon.

Le 12 décembre, Closer avait publié les images sous le titre "Oui à l'amour pour tous", assurant que l'homme présent aux côtés de Florian Philippot, au visage flouté, était son ami. Une sorte "d'outing" forcé qui avait indigné le principal intéressé : il avait immédiatement saisi le tribunal de grande instance de Paris, avant une audience le 22 décembre.

Le délibéré lui donne finalement raison, estimant que la publication des photos est bien une "atteinte à la vie privée" du vice-président du Front national. Florian Philippot s'était inquiété d'une "américanisation de la vie politique française".

Voyeur ou utile ?

Closer devra lui verser 20 000 euros de dommages et intérêts, et publier en couverture du journal le texte de la décision. Une condamnation assez commune dans le milieu de la presse people, mais dont le montant est sensiblement plus élevé que pour les photos de François Hollande et de Julie Gayet (15 000 euros de dommages et intérêts) ou d'Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti (10 000 euros).

La révélation par le magazine de l'homosexualité de Florian Philippot avait provoqué un vif émoi au sein de la classe politique. Elle avait également inspiré une lettre ouverte de l'AJL (l'Association des Journalistes Lesbiennes Gay Bi.e.s et Trans) estimant au contraire que ce type de révélations pouvait aussi aider à faire évoluer les mentalités sur l'homosexualité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.