Pour Christiane Taubira le tribunal de Cayenne a agi sans fantaisie
Pour Christiane Taubira le tribunal de Cayenne a agi sans fantaisie © maxppp

Un jugement en l'absence de la principale concernée, une décision aussi presque inédite. Pourquoi Anne Sophie Leclère n'était-elle pas présente à Cayenne ? Comment expliquer ce jugement ?

L'avocat parisien d'Anne-Sophie Leclère a donné sa version ce mercredi matin. Maitre Jacques Erb explique que sa cliente l'a bien alerté il y a quelques semaines.

L'ex-tête de liste FN a bien reçu une convocation du tribunal de Cayenne. Selon son défenseur, elle lui a expliqué que c'était le parti qui se chargerait du dossier, alors que le FN avait exclu Anne-Sophie Leclère.

Toujours est-il que Maitre Erb n'a pas été mandaté. Or lorsqu'un justiciable a bien eu connaissance de la date d'audience de son procès, il est tenu soit de s'y rendre, soit d’être représenté, soit de justifier d'une excuse valable. S'il est absent, il peut être jugé et condamné.

Anne-Sophie Leclere explique à Sébastien Ponchelet qu'elle n'avait pas lesmoyens de se rendre à Cayenne

Jusqu'à 5 ans de prison

Ce n'est pas un jugement par défaut (qui permet d'annuler la décision et de repartir à zéro). Anne-Sophie Leclère n'a donc pas d'autre choix que de faire appel. Quant à la peine, l'ancienne candidate aux municipales était poursuivie pour injures publiques à caractère racial et provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale. Pour cette dernière infraction, elle encourait jusqu’à cinq ans de prison ferme.

Maitre Erb défend Anne Sophie Leclère à Paris après une plainte déposée par le CRAN pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale pour les mêmes faits. L’audience n’a pas encore été fixée..

Cayenne a jugé plus vite, ce qui va poser la question d’une jonction des dossiers car on ne peut juger deux fois les mêmes faits.

La ministre de la Justice a estimé pour sa part que le tribunal de Cayenne a jugé selon le code pénal :

Au FN, on dénonce une "justice à deux vitesses". Le parti va également faire appel de sa condamnation à une amende de 30 000 euros. Pour Florian Philippot, vice président du FN invité du journal de Marion L'Hour

On est dans la disproportion

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.