Son avocat Me Berton avait déclaré à l’audience à Daniel Legrand qu’il le trouvait fracassé. En voyant témoigner Cherif, Dimitri et Jonathan Delay, on n’a pu que constater la même chose. Aujourd’hui, la cour a entend les premiers acquittés de l’affaire d’Outreau. Et là encore, un seul qualificatif : fracassés.

C’est d’abord David Brunet qui apparaît sur l’écran géant de la visioconférence. Mâchoire contractée, regard dur, il lâche : « qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je peux dire que ça : que j’arrive pas à en sortir, que j’arrive pas à évacuer ? Que j’ai été incarcéré 743 jours pour rien ? Mais j’ai pas envie d’être en colère ». D’ailleurs, pour essayer de s’en sortir, il a « fait en sorte que ma mémoire en oublie pas mal » explique-t-il à la cour.

Et alors que Jonathan refuse de répondre à la question du président s’il reconnaît toujours David Brunet comme l’un de ses agresseurs, l’ex-compagnon de Karine Duchochois, lui, demande à parler au jeune homme : « je ne serai pas méchant, je veux juste lui parler », assure-t-il.

« Jonathan, je comprends ce que tu as vécu avec tes parents, avec Grenon et Delplanque. Mais si la vie a été dure pour toi, elle a été dure pour moi aussi. Quand je revois cette affaire qui repasser à la télé, j’ai de la haine pour vous. Tu devrais comprendre avec ta tête. Et vis ta vie, oublie ça, grandis, muris, deviens un homme. Vis, bordel, vis. On n’a qu’une vie. Réponds moi si tu as envie mais vis. La vie est tellement courte, elle est tellement dure. »

Pas de réponse de Jonathan. David Brunet va reprendre sa vie. Sandrine Lavier, autre acquittée d’Outreau lui succède à l’écran.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.