Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France
Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France © MaxPPP / Thomas Padilla

Agnès Saal a réintégré le ministère de la Culture comme chargée de mission, Mathieu Gallet est président de Radio France, mais la justice va peut-être devoir se pencher sur les dépenses des deux anciens présidents de l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Anticor a porté plainte pour détournement de fonds publics pour la première, et favoritisme pour le second. Une information révélée par France Inter et France Info.

Le parquet de Créteil a depuis jeudi entre les mains une plainte contre X de l'association de lutte contre la corruption "pour de multiples infractions touchant à la probité publique", pour des faits commis entre 2011 et 2015 au sein de l'INA. Il s'agit d'une part des marchés de communication et de conseil passés sans appel d'offres sous la présidence de Mathieu Gallet (2010-2014), d'après une note du Contrôle général et financier de Bercy, révélée le 6 mai par le Canard Enchaîné. Les dépenses concernées par ces "irrégularités" s'élèveraient à plus d'un million d'euros (1 178 900). Sollicité hier, le président de Radiofrance n'a pas souhaité s'exprimer. Le 2 avril, Mathieu Gallet avait affirmé sur iTélé que ces marchés avaient été passés "de manière tout à faire régulière".

Anticor vise aussi les frais de taxi de son successeur à l'Ina, Agnès Saal : plus de 40.000 euros en dix mois, dont près de 7.000 pour son fils, alors qu'elle disposait d'une voiture avec chauffeur. Agnès Saal, qui a démissionné de l'Ina le 28 avril, a réintégré le ministère de la Culture, dans l'attente, selon la ministre Fleur Pellerin, d'un conseil de discipline. Cette réintégration a pourtant donné l'impression, partagée par des syndicats de l'INA, d'une absence de sanction. C'est ce qui a poussé Anticor à agir, explique l'avocat de l'association, Jérôme Karsenti :

Anticor avait annoncé que, suite aux révélations dans la presse, s'il n'y avait pas de sanctions ou de poursuites engagées, Anticor se saisirait.

Et si le parquet de Créteil n'ouvre pas d'enquête, Anticor pourrait se constituer partie civile pour obtenir la saisie d'un juge d'instruction. Pour Maître Karsenti, il faut "qu'enfin il y ait un souci de la gestion publique dans les collectivités et dans les organismes publics".

Agnès Saal a commencé à rembourser

"Cela n'a pas de sens de dire qu'il y a eu une dilapidation de fonds publics, un détournement, ce sont des mots très graves qui ne correspondent en aucun cas à ce qui s'est passé" , réplique l'avocat d'Agnès Saal, Jean-Pierre Mignard, qui menace de déposer plainte à son tour pour dénonciation calomnieuse. Il souligne que Mme Saal a remboursé pour 15.900 euros de frais de taxis, ce que l'INA nous a confirmé. Il s'agit des notes au nom de son fils et des courses réalisées les week-ends, qui correspondent à des déplacements privés. "On avait proposé à Mme Saal à l'origine deux voitures avec chauffeur, rappelle Me Mignard, c'est elle-même qui a dit c'est trop et qu'un taxi suffirait amplement, et quand on fait le comparatif avec ce qu'aurait coûté un second chauffeur c'est sans commune mesure, c'est dans l'intéret de l'INA!".

La défense d'Agnès Saal estime même qu'elle "paye pour d'autres", et a décidé de livrer des éléments de comparaison avec son prédecesseur Mathieu Gallet. Selon elle, les "frais de mission, de déplacement (dont taxis) et de réception pour la présidence" s'élevaient pour l'année 2013 à 111.400 euros, puis ont baissé en 2014 à 89.000 eurros dont plus de la moitié (50.000 euros) sur les quatre premiers mois de l'année pendant lesquels Mme Saal n'était pas encore en fonction.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.