Le tribunal de Dax condamne le groupe audiovisuel public à 10.000 euros de dommages-intérêts à Jean-Marc Dutouya. Ce chasseur landais était apparu dans un reportage sur la chasse, en slip avec une pelle à la main, devenant, malgré lui, un véritable mème sur Internet.

France Télévisions a été condamné mercredi par le tribunal de Dax à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à un chasseur landais devenu malgré lui une star des réseaux sociaux.
France Télévisions a été condamné mercredi par le tribunal de Dax à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à un chasseur landais devenu malgré lui une star des réseaux sociaux. © AFP / Iroz Gaizka

Il est devenu un mème sur internet, une star des réseaux sociaux, à son insu. Son image a été partagée, détournée, parodiée jusqu’à l’excès. Et en raison de cela, il va être dédommagé. 

Nous sommes en 2015 dans les Landes, quand un chasseur à la matole landais vient interrompre le tournage d’un reportage armé de... sa pelle. Des militants de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) tentent de détruire des pièges à oiseau sur la propriété de Jean-Marc Dutouya. L’homme sort de chez lui très énervé, il porte un tee-shirt bleu, il a une pelle dans la main et il n’a pas de pantalon. La séquence fait le tour du monde. Et son image alimente un nombre incalculable de détournements comme ici :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Selon Jean-Marc Dutouya, France Télévisions a dégradé son image et porté atteinte à sa réputation. Il avait, dans un premier temps, demandé 200 000 euros de dommage et intérêts. Finalement, le tribunal de Dax condamne ce mercredi 15 septembre le groupe audiovisuel public à 10 000 euros. France Télévision devra également verser plus de 5 000 euros de frais de procédure et flouter les images du chasseur. "Ce jugement met le droit en conformité avec la morale en reconnaissant cette atteinte intolérable au droit à l'image", explique l’avocat de Jean-Marc Dutouya, Me Frédéric Dutin.

Des insultes, des pneus crevés

La scène s’était déroulée à Audon, près de Tartas dans les Landes. La LPO comptait détruire plusieurs matoles, des pièges à petits oiseaux, pour dénoncer le braconnage des pinsons, une espèce protégée. Une séance suivie par plusieurs journalistes. Les militants et des journalistes avaient été pris à partie par les propriétaires, les Dutouya. L'altercation, entre insultes, menaces, bousculades, coups de pelle, avait duré plusieurs minutes jusqu'à l'arrivée de gendarmes. La mère octogénaire de M. Dutouya avait été bousculée. Quatre véhicules de journalistes avaient eu des pneus crevés

"Ce que dit le tribunal, c’est qu’il n’est pas possible de jeter en pâture l’image de Jean-Dutouya sur les réseaux. Ces équipes n’avaient pas à pénétrer sur un terrain où se trouvait une chasse légale et autorisée par la justice", explique à France Bleu Gascogne Me Frédéric Dutin. "Il a eu une notoriété particulièrement blessante", dénonce son avocat. "Aujourd’hui, il se reconstruit, cette décision lui apporte du baume au cœur", poursuit-il. "Cette décision, c'est aussi la preuve que devant un juge, les petits peuvent gagner devant les plus gros".

En juin 2018, Jean-Marc Dutouya avait été condamné en appel à une amende de 400 euros pour violences avec arme.  

Thèmes associés