Il a cette allure effacée, le visage mangé par d’énormes lunettes, la mâchoire tombante dans un air perpétuellement triste. Si vous ajoutez le jogging informe dans lequel il a fait son entrée dans le box des accusés, il faut bien le dire : Francis Heaulme ne ressemble pas à grand-chose.

Pourtant, le tueur en série aime à se sentir important, le « plus grand tueur en série de France » selon sa propre autoqualification. Les enquêteurs qui l’ont rencontré racontent aussi le plaisir que Francis Heaulme semblait éprouver devant l’intérêt qui lui était porté pendant les interrogatoires.

Mais ici, à son procès, alors que 120 journalistes sont accrédités, que le moindre recoin de la salle d’assise accueille une chaise et un spectateur, Francis Heaulme n’a d’autre choix que de rester en retrait.

C’est à peine si on l’a entendu prononcer trois phrases depuis le box depuis l’ouverture de l’audience ce matin. Car jusque dans le rapport du président, base de ce procès, on a vu s’inviter Henri Leclaire. Décidément, ce troisième homme qui sera entendu demain, prend toute la place et occupe tous les esprits.

Alors, derrière la vitre, Francis Heaulme étouffe un bâillement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.