Francis Heaulme a finalement été reconnu coupable du double meurtre de Montigny-lès-Metz. La cour d’assises de Moselle a condamné le routard du crime à la réclusion à perpétuité.

L'avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock, brandit une lettre de l'accusé demandant de faire appel de sa condamnation à perpétuité dans l'affaire de Montigny-Lès-Metz
L'avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock, brandit une lettre de l'accusé demandant de faire appel de sa condamnation à perpétuité dans l'affaire de Montigny-Lès-Metz © AFP / PATRICK HERTZOG

C’est la fin d’un mystère judiciaire de 30 ans : la cour d’assises de Moselle a condamné jeudi soir, après des délibérations tardives, le routard du crime à la réclusion criminelle à perpétuité. Troisième condamnation avec la même sanction pour Francis Heaulme, déjà condamné pour neuf meurtres.

Au terme de quatre semaines d’un procès à l’ambiance souvent tendue, alors que certains ont voulu refaire le procès de Patrick Dils, acquitté il y a quinze ans dans cette affaire, cette vérité judiciaire ne répond pas à toutes les questions, mais pourra apaiser la peine des familles.

Aucune réaction a l'énoncé du verdict

Francis Heaulme, qui ne s’est guère livré pendant ce procès, n’a pas réagi à l’énoncé du verdict. Mais à la sortie de la salle d’audience, son avocate Liliane Glock montre un papier sur lequel on reconnaît l’écriture de son client : il lui demande de faire immédiatement appel. Pour la défense, tout était joué d’avance, la justice a voulu s’éviter un nouveau fiasco en désignant un coupable idéal... malgré la destruction des preuves matérielles, l’absence d’aveux, et l’imprécision des témoignages 30 ans après.

Un procès apaisé dans cette affaire pourra-t-il se tenir un jour ? A voir la réaction contrastée des familles, on peut en douter. Chantal Beining, la mère de Cyril, était en larmes de voir son combat judiciaire aboutir, quand les parents d’Alexandre, épuisés et perdus, ne savent plus quoi penser, en disant qu’ils ne remettront plus les pieds dans un tribunal.

►LIRE AUSSI | Procès Heaulme : les familles divisées

"Pas un coupable de substitution"

Dominique Boh-Petit est l’avocate de la mère de Cyril. C’est à cette dernière que l’on doit la tenue de ce procès : Chantal Beining avait déjà fait appel du non-lieu accordé à Francis Heaulme en 2007.

►LIRE AUSSI | Au procès Heaulme, le récit bouleversant de Chantal Beining

Alors à l’énoncé de ce verdict c’est l’émotion et le soulagement qui domine : "Ceux et celles qui ont assisté à ce procès ne s'autoriseront pas à dire que c'est un coupable de substitution, et ça me parait très important". Et Dominique Boh-Petit poursuit :

Madame Beining m'a dit : 'Maintenant je sais qui a tué mon fils'. Et elle est partie. Je sais qu'elle est toute seule à marcher dans les rues, et ça me bouleverse

Francis Heaulme a d’ores et déjà annoncé qu’il ferait appel de ce verdict, dès jeudi : un second procès pourrait donc se tenir, à nouveau, à Nancy, d’ici quelques mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.