Un père alcoolique, une mère qu'il aime beaucoup et qu'il voit se faire battre: le contexte, d'emblée, n'est pas des plus sereins. Il se compliquer d'avantage à la mort de sa mère…

Affaire Montigny-les-Metz : Francis Heaulme lors de la reconstitution des faits
Affaire Montigny-les-Metz : Francis Heaulme lors de la reconstitution des faits © Maxppp / MaxPPP

Sa mère décède d'un cancer à l'âge de 43 ans, le 16 octobre 1984. Francis Heaulme a 25 ans. Cette date, c'est le jour de la mort du petit Grégory, alors Francis Heaulme se met à découper et conserver les articles sur l'affaire.

De ce jour, sa soeur Christine racontera à Paris Match:

 J'ai eu l'impression qu'il redevenait bébé. Il l'a prise dans ses bras en l'embrassant et en l'appelant. Il ne voulait plus la lâcher. Ce jour-là, mon frère a tout perdu.

Celui qui était déjà alcoolique au dernier degré, celui qui se taillade le corps avec des tessons de bouteille depuis l'âge de 17 ans, silhouette degingandée et lunettes à monture épaisse expliquera lui-même plus tard: "à la mort de ma mère, ça a fait boum dans ma tête".

Interview vidéo de Serge Bornstein, neuropsychiatre et auteur d'une expertise de Heaulme

La soeur de Francis Heaulme, Christine, de six ans sa cadette - la seule avec qui il entretient encore des liens aujourd'hui - se marie. Son père trouve une nouvelle compagne. Et très vite, il ne va plus supporter vivre dans le marasme familial, avec un père surnommé "Le Boche", du fait de ses origines et son fort accent allemand, et qui le qualifie lui-même de "bâtard", "fou", "retardé". Il est vrai que Francis Heaulme possède un QI inférieur à la moyenne, l'un des symptômes du syndrome de Klinefelter dont il souffre.

Les symptômes du syndrome de Klinefelter, dont est atteint Francis Heaulme

Le syndrome de Klinefelter
Le syndrome de Klinefelter © Mariel Bluteau

Francis Heaulme quitte alors le domicile de Metz, vit un temps chez sa grand-mère à Vaux. Il y est herbergé encore en septembre 1986, lorsque Cyril et Alexandre son tués à quelques kilomètres de là, à Montigny-lès-Metz. C'est d'ailleurs dans cette banlieue de Metz qu'il travaille à l'époque, comme manutentionnaire dans une société de couverture-toiture, la CTBE.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les lieux du crime >

Puis, Francis Heaulme décide de poursuivre son chemin, devient vagabond, routard - ce qui lui vaudra son surnom de "routard du crime" et débute des années d'errance sur les routes de France.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Parcours d'un meurtrier >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.