Condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, Jacqueline Sauvage, 66 ans, est retournée entre ses murs
Condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, Jacqueline Sauvage, 66 ans, est retournée entre ses murs © MaxPPP

Le cas de Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, a beaucoup ému dans la population. Un comité de soutien s'est constitué et une pétition pour demander la grâce présidentielle a recueilli 350.000 signatures. Mais François Hollande n'est pas favorable à ce système.

S'il a bien vu et respecte, selon son entourage, la mobilisation pour demander la libération de Jacqueline Sauvage, le président de la République ne semble pas pour autant prêt à aller à l'encontre de ses principes pour autant.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Jacqueline Sauvage, dix ans et un sentiment de gâchis

Car la grâce présidentielle est l'un de ces privilèges dont François Hollande n'aime pas bénéficier.Il y est opposé par principe (un concept hérité des rois de France qui, selon lui, "rappelle quand même une autre conception du pouvoir") et ne l'a exercé qu'une seule fois, "pour permettre une libération conditionnelle sans éteindre la peine" (c'était pour le plus ancien détenu de France, Philippe El Shennawy).

En face, le comité de soutien est mobilisé et compte quelques soutiens prestigieux : Daniel Cohn-Bendit, Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon ou encore Valérie Pécresse .

La présidente de la région Ile-de-France répond à Estelle Schmitt

Les signataires du comité réclament la "libération immédiate" de Jacqueline Sauvage et surtout "la révision de la loi sur la légitime défense".

Les signataires estiment que Jacqueline Sauvage mérite cette grâce présidentielle, après avoir été "victime ainsi que ses enfants de viols répétés et d'extrêmes violences conjugales depuis 47 ans" , ce dont sa condamnation "ne prend pas en compte".Ils estiment même que la société est responsable de "ne pas avoir apporté à ces victimes la protection qu'elle leur doit".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.