25 ans les séparent. Ce qui ne les pas empêché d’être très proches. Trop proches diront certains.

Les poursuites contre François-Marie Banier abandonnées
Les poursuites contre François-Marie Banier abandonnées © Reuters

Une relation, quoi qu’il en soit particulière … quelque part entre l’amitié, l’amour d’une femme ou celui d’une mère - il est notamment question d’adoption de François-Marie Banier par Liliane Bettencourt, peu de temps après la mort de son époux.

C’est en 1969 que le couple Bettencourt rencontre François-Marie Banier par le biais d’amis communs : le directeur de France Soir, Pierre Lazareff, et son épouse. Le photographe se lie alors d’amitié avec André Bettencourt.

En décembre 1987, l’héritière unique du groupe L’Oréal crée la Fondation Bettencourt-Schueller, première fondation française en terme de dotation. Sa devise ? “Donner des ailes au talent”. Et selon Liliane Bettencourt, le talent, François-Marie Banier en est bourré. L’artiste bénéficie ainsi d’un mécénat pour le moins généreux, via la dite fondation.

Et ces dons débutent dès 1996, sous forme de titres de société immobilières. Ils se poursuivent en 1999, puis en 2001. Cette fois, ce sont des tableaux : un Mondrian, puis 12 tableaux de maîtres - Nature morte à la guitare de Picasso, L’homme à la pipe de Fernand Léger ou encore Un grand nu debout de Matisse - qui ornent les murs de l’hôtel particulier de Neuilly et reviendront à François-Marie Banier après le décès de Madame Bettencourt. Valeur estimée ? 20 millions d’euros.

Car dans la relation qui unit la milliardaire à l’artiste, tout est démesuré … jusqu’au nombre de lettres qu’ils se seraient échangées : deux à trois millle selon François-Marie Banier.

Pour justifier sa relation avec François-Marie Banier, Liliane Bettencourt dit de lui :

C’est grâce à lui que je ne suis pas restée enfermée dans le milieu conventionnel auquel me destinait ma situation de fortune.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.