Opération policière d'envergure à Bruxelles
Opération policière d'envergure à Bruxelles © Sipa / Thierry Monasse/AP/SIPA

Des policiers ont été visés par des tirs ce mardi après-midi, alors qu'ils procédaient à une perquisition liée aux attentats de Paris. Les auteurs se sont retranchés dans un immeuble du secteur. L'un d'eux a été tué selon le parquet fédéral belge. Deux autres sont en fuite.

Les dernières informations de ce mardi soir à 22h30

Selon notre correspondant sur place Quentin Dickinson , les enquêteurs ont fait face à trois hommes. Le cadavre de l'un d'entre eux a été retrouvé dans la maison perquisitionnée, à côté de kalachnikovs. Il ne s'agit pas de Salah Abdeslam. Deux autres hommes sont en fuite. Les démineurs doivent sécuriser le secteur. Le périmètre de sécurité reste en place. Les écoles et crèches ont finalement pu être évacuées. Les riverains, sous escorte policière, ont pu récupérer quelques effets personnels. Une salle polyvalente a été ouverte par la mairie pour les loger, et de la nourriture a été réquisitionnée dans les supermarchés du secteur.

Le Premier Ministre belge a tenu une conférence de presse dans la soirée. Charles Michel a donné très peu d'informations. Il a assuré toutefois que la police belge poursuvait ce mardi ses opérations.

Le bureau du parquet fédéral belge est un peu plus précis . Les policiers ont essuyé les premiers tirs au moment où ils ont ouvert la porte pour procéder à la perquisition en début d'après-midi ce mardi. Cinq heures plus tard, ils ont pris d'assaut le bâtiment, et un suspect armé d'une Kalachnikov a bien été tué. Le parquet ne donne pas d'indications sur les autres suspects, et a expliqué que les recherches se poursuivaient ce mardi soir.

Une simple perquisition qui se transforme en opération policière d'envergure

L'opération de police a débuté peu avant 14h30 ce mardi. Une équipe d'enquêteurs belges et français a procédé à une perquisition dans une maison du quartier de Forest, à Bruxelles , dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Les forces de l'ordre ont été accueillies par deux rafales successives de pistolets mitrailleurs tirées à travers la porte.

Des renforts sont rapidement arrivés sur place. La police locale a bouclé le quartier . Des riverains sont restés confinés chez eux, ou interdits de rentrer à leur domicile. Les deux écoles et la crèche du secteur ont également été fermées, avec les enfants à l'intérieur, une bonne partie de l'après-midi, avant de pouvoir être évacuées en début de soirée. Les lignes de tramway ont été interrompues de part et d'autre du périmètre de sécurité.

Troispoliciers belges ont été légèrement blessés . Les auteurs auraient tenté de prendre la fuite par les toits. Vers 16h30, de nouveaux coups de feu ont été entendus dans le même secteur. Un quatrième policier a alors été blessé.

Le journal belge Le Soir a annoncé à 19h30 la fin de l'opération policière.

Salah Abselam pas visé par cette perquisition

Selon une source policière française citée par l'Agence France Presse, cette opération franco-belge ne visait pas Salah Abdeslam, le suspect clef des attaques du 13 novembre. Selon cette source, les enquêteurs ciblaient "l'entourage d'un ou plusieurs des onze inculpés belges ". Le parquet fédéral belge a d'ailleurs confirmé ce mardi que l'homme tué dans l'opération policière n'était pas Salah Abdeslam.

Selon Claude Moniquet, journaliste et ancien agent du renseignement, les policiers pensaient mener une perquisition de routine. Ils sont peut-être tombés sur un gros poisson.

Les forces de sécurité belges traquent toujours plusieurs suspects des attentats du 13 novembre dernier à Paris et aux abords du Stade de France, à Saint-Denis, qui ont fait 130 morts. Onze personnes sont à ce jour inculpées en Belgique en lien avec ces attaques, dont huit sont en détention provisoire. Le suspect clef Salah Abdeslam, ainsi que son ami Mohamed Abrini, tous deux originaires de la commune bruxelloise de Molenbeek, sont toujours en fuite.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Derniers éléments et zones d'ombre autour des attaques du 13 novembre : France Inter faisait le point mi-février. Retrouvez notre dossier.

Fusillade lors d'une perquisition à Bruxelles
Fusillade lors d'une perquisition à Bruxelles © Radio France / Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.