accord de fin de conflit à l’usine goodyear d’amiens-nord
accord de fin de conflit à l’usine goodyear d’amiens-nord © reuters

Pour le socialiste Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, la condamnation de huit anciens salariés de l'usine Goodyear d'Amiens à des peines de prison ferme est inadmissible, et en décalage avec le concept même de lutte sociale.

Le jugement rendu mardi par le tribunal correctionnel d'Amiens a été un véritable coup de tonnerre dans le milieu du syndicalisme. Il y avait longtemps en effet qu'une peine de prison ferme n'avait pas été prononcée à l'encontre de salariés, encore moins de responsables syndicaux.Ils ont écopé de deux ans, dont neuf mois fermes (aménageables).

Les prévenus comparaissaient pour avoir séquestré pendant 30 heures deux dirigeants de leur entreprise.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Neuf mois de prison pour huit ex-Goodyear

Pour Gérard Filoche, invité du journal de 13 heures de France Inter, cette décision est incompréhensible.

Dans quel pays on est pour que pareille décision soit prise par un juge ? Ce juge n'a jamais connu l'Histoire des mouvements sociaux en France ? Il n'a jamais regardé 1936, 1945, 1968, 1995 et toutes les dernières années ? Y'en a eu des gens séquestrés, des usines occupées, des manifestations parfois un peu rudes. Ça fait partie de toute l'Histoire de la vie sociale.

Les condamnés ont annoncé leur décision de faire appel. Mickaël Wamen, leader syndical CGT Goodyear, appelle

"l'ensemble des salariés, tous ceux qui pensent que la justice sociale est importante à une mobilisation d'ampleur hors norme le jour de l'appel".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.