Le patron du service de renseignement des douanes a été démis de ses fonctions jeudi par le ministre du Budget, sur fond de détournement de fonds publics et de fraudes...

Jean-Paul Garcia en novembre 2015 lors d'un point presse sur le financement du terrorisme
Jean-Paul Garcia en novembre 2015 lors d'un point presse sur le financement du terrorisme © Maxppp / Vincent Isore

C'est une information France Inter, le directeur de la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (l'équivalent de la DGSE pour Bercy) a donc dû quitter son poste sur demande de Christian Eckert. Une décision prise alors que deux directeurs de la direction des opérations douanières et un chef d'antenne régionale étaient en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour détournement de fonds publics et importation frauduleuse de 43 tonnes de café de contrebande. Le tout, sur fond de caisse noire découverte au Havre...

"C'est une castastrophe", nous confiait l'un des 700 enquêteurs du plus prestigieux des services des douanes. Avec Jean-Paul Garcia, c'est tout l'état-major, ou presque, de la DNRED qui a sauté. Selon nos informations, Christian Eckert n'a pas fait de détail, et a lancé une réorganisation totale du service, avec un changement profond des méthodes d'enquêtes.

Un nouveau séisme chez les douaniers

Il faut dire que les 800 000 euros (en petites coupures) découverts dans les faux plafonds et au domicile du chef d'antenne du Havre avaient déjà provoqué un séisme chez les douaniers. La garde à vue de huit agents puis la mise en examen de deux d'entre eux a donc déclenché une opération "main propres" sans précédent.

il n' y pourtant pas de corruption, pas d'enrichissement personnel manifeste, mais des soupçons d'avoir organisé (pour l'un) et couvert (pour l'autre) une saisie de café de contrebande, commandé et payé au départ par les douaniers eux-mêmes, pour gonfler leurs statistiques. Tout ça à l'aide d'une caisse noire dont on ne connait pas encore l'origine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.