Ouverture du procès de Nikola Karabatic
Ouverture du procès de Nikola Karabatic © MaxPPP

Les stars du handball français Nikola et Luka Karabatic, ainsi que quatorze autres personnes, comparaissent pour "escroquerie" devant le tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault) dans une affaire de paris présumés truqués.

Cet après-midi, alors que la défense a déposé une série de demandes de renvoi, l'un des avocats des frères Karabatic a soulevé une question de procédure. Le président du tribunal venait de statuer sur une demande d'audition du juge d'instruction à l'audience, en répondant par la négative, tout en joignant le reste des questions au fond - c'est-à-dire à la fin du procès. Or, selon l'article 507 du code de procédure pénale, cette décision peut faire l'objet d'un appel et l'on risquait le renvoi du procès. Procès qui se tiendra malgré tout, a estimé le président après une longue suspension.

Paris suspects

La justice soupçonne les deux anciens joueurs du Montpellier Agglomération Handball (MAHB) d'avoir parié ou fait parier sur la défaite de leur propre équipe à la mi-temps lors d'un match contre Cesson-Rennes métropole le 12 mai 2012 et d'avoir orienté le résultat en défaveur du club héraultais "par modification ou altération du jeu".

Dans cette affaire, six autres joueurs , Mladen Bojinovic, Samuel Honrubia, Dragan Gajic, Primoz Prost, Issam Tej et Mickaël Robin, l'ancien kinésithérapeute du club montpelliérain, Yann Montiège et la compagne de Nikola Karabatic, Géraldine Pillet, comparaîtront aussi pour escroquerie jusqu'au 26 juin. Des proches des joueurs sont poursuivis du même chef ou de complicité, comme Jennifer Priez, la compagne de Luka Karabatic.

L'enquête sur ces paris présumés truqués avait débuté le 18 mai 2012 après que La Française des Jeux, partie civile dans ce procès, eut alerté les autorités judiciaires sur les montants des paris, anormalement élevés par rapport à l'enjeu de la rencontre.

"Content que ça commence" a déclaré en arrivant Nikola Karabatic : reportage de Sébastien Hazard

1 min

"Content que ça commence" a déclaré en arrivant Nikola Karabatic : reportage de Sébastien Hazard

Au total, les paris incriminés s'élevaient à près de 100.000 euros à la cote de 2,9 contre 1, et avaient rapporté un gain d'environ 300.000 euros. Me Patrick Maisonneuve, conseil de Samuel Honrubia, se dit prêt à "faire la démonstration qu'il n'y a eu ni tricherie, ni escroquerie".

Me Michael Corbier, l'un des avocats des frères Karabatic et de leur compagne, se prépare lui-aussi à plaider la relaxe.

Les paris sportifs ne constituent pas une infraction pénale et ne peuvent entraîner que des sanctions disciplinaires, ce qui a été le cas pour Luka Karabatic qui a reconnu avoir parié et regrette cette erreur. On reproche à nos clients une escroquerie au préjudice de La Française des Jeux, une manoeuvre frauduleuse qui aurait consisté à truquer ce match. Or mes deux clients, qui étaient blessés, n'étaient pas sur le terrain ce jour-là. Comment peut-on truquer un match que l'on n'a pas joué soi-même?

Le club du MAHB a annoncé jeudi qu'il demanderait un million d'euros de dommages et intérêts lors du procès. Selon l'avocate du club, Me Michèle Tisseyre :

Nous abordons l'audience très sereinement. Nous serons là pour défendre notre place de victime, obtenir la vérité et obtenir réparation. Le préjudice économique qu'a subi le club est considérable. Il dépasse le million d'euros.

"Information judiciaire truquée"

Ce matin, à l'ouverture du procès, plusieurs avocats de la défense ont plaidé l'annulation de toute l'information judiciaire. A la barre, Jean-Robert N'Guyen Phung, avocat des frères Karabatic a lancé à la barre :

Je ne sais pas si le match était truqué mais l'information judiciaire, elle, est truquée.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.