Hayat Boumeddiene et Amedi Coulibaly
Hayat Boumeddiene et Amedi Coulibaly ©

La femme la plus recherchée de France n'y serait plus depuis plus d'une semaine. Selon nos informations, la compagne d'Amedi Coulibaly, le preneur d'otages abattu hier porte de Vincennes, s'est envolée pour l'Espagne le 2 janvier, avant de traverser la frontière turco-syrienne jeudi dernier.

Hayat Boumeddiene aurait donc quitté la France et serait actuellement en Syrie, depuis le 8 janvier, le jour de la fusillade de Montrouge qui serait l'oeuvre de son compagnon. La jeune femme est d'abord partie pour l'Espagne le 2 janvier, puis s'est envolée pour Istanbul lundi dernier. Selon les services turcs, elle a ensuite traversé la frontière avec la Syrie jeudi.

Dans ce voyage, un homme l'accompagne, et s'il n'est pas connu des renseignements français, son frère est en revanche sur les radars de la DGSI. Et s'il n'y a pas d'absolue certitude que la femme reperée à l'aéroport soit bien Hayat Boumeddiene, elle lui ressemble en tout cas à 99 %.

Un couple qui n'avait pas déclenché d'alerte

Toujours sous le coup d'un mandat de recherche, Hayat Boumeddiene n'intéressait pas spécialement les services, tout comme son compagnon Amedi Coulibaly, avant les attaques de Montrouge et de l'épicerie de la porte de Vincennes vendredi.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Charlie Hebdo : l'enquête n'est pas finie

C'est en détention que le jeune homme se serait radicalisé, discrètement là aussi : aucune sonnette d'alarme n'a été tirée par l'administration pénitentiaire. Quant aux liens avec les frères Kouachi, les deux suspects dans la tuerie de Charlie Hebdo abattus vendredi, il date des années de prison. Amedi Coulibaly a en effet été incarcéré à Fleury-Mérogis à la même époque que Chérif Kouachi, au milieu des années 2000.

Ils y ont également côtoyé Djamel Beghal, l'une des figures de l'islam intégriste. Ce dernier était à l'époque emprisonné pour un projet d'attentat contre l'ambassade américaine en France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.