Le procès de Francis Heaulme touche à sa fin. Le verdict est attendu jeudi.

Croquis d'audience
Croquis d'audience © AFP / BENOIT PEYRUCQ

Le tueur, déjà condamné pour 9 meurtres, dont deux fois à la perpétuité, a nié tout au long du procès être l’auteur du double meurtre de Cyril et Alexandre. « Montigny, c’est pas moi » n’a-t-il cessé de répéter comme un mantra.

Plus de 30 ans après les faits, les preuves matérielles ont toutes disparu, et les mémoires des témoins sont vacillantes.

Alors ce procès a-t-il servi à quelque chose ? Ou va-t-on vers un nouvel échec de la justice dans cette affaire hors normes qui a vu un innocent, Patrick Dils, faire 15 ans de prison pour rien ? Les avis divergent.

Des parents qui ne croient plus en la justice

Il y a la mère d’Alexandre, qui ne croit plus à la justice des hommes. Vibrante de colère, elle n’attendait rien de ce procès, elle espère juste que c’était le dernier. Et puis, il y a le père de Cyril. Lui aussi, au départ, il pensait que ce procès serait inutile, que le vrai coupable était bien Patrick Dils, malgré son acquittement. Mais les éléments contre Francis Heaulme, notamment les très longues dépositions des gendarmes, l’a fait basculer, tout comme son avocat, Me Patrice Buisson.

"C'est l'oralité qui change tout, cela ajoute des choses aux PV... j'ai changé d'avis. Tout comme mon client, qui est dans la même démarche. Aujourd'hui je suis convaincu au delà du doute raisonnable."

Patrice Buisson a rendu hommage à Chantal Beining, la mère de Cyril, celle sans qui ce procès n’aurait pas eu lieu. Elle avait fait appel du non-lieu prononcé en faveur de Francis Heaulme en 2007. Elle s’est battue seule, pendant des années, contre la justice et contre l’oubli, rappelle son avocate, Me Dominique Boh-Petit

"Sans Madame Beining, en 2007, le dossier il partait aux archives. La seule chose qu'on entendait à l'époque, c'était 'laissez tomber, c'est trop vieux'... Mais je n'imaginais pas que ça prendrait 10 ans de plus. Qu'on allait encore prendre 10 ans de la vie de ma cliente."

Quelque soit le verdict jeudi, des zones d’ombre demeureront, comme souvent dans les affaires criminelles. Mais ce procès que beaucoup pensaient impossible aura finalement eu lieu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.