Wilfried de Brujin
Wilfried de Brujin © Copie du profil Facebook de Wilfried de Brujin

L'agression sauvage dont ils avaient été victimes avait suscité l'émoi en plein débat sur le mariage gay : Wilfred et Olivier, deux homosexuels en couple, vont faire face à leurs agresseurs présumés ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Début avril 2013, une nuit de printemps dans le parc des Buttes-Chaumont (20e), deux hommes se tiennent par le bras. Un groupe les croise et les roue de coups parce qu'ils sont homosexuels. L'un des agresseurs crie sa satisfaction de s'en être pris à un couple d'hommes.

L'une des victimes, Wilfred de Bruijn , publie alors des photos de son visage tuméfié sur sa page Facebook. Quelques jours plus tard, il témoigne sur France Inter :

Pour Wilfred, ce procès doit avoir, avant tout, une portée pédagogique :

Pour faire évoluer les mentalités, l'État doit faire encore beaucoup d'efforts : il faut développer la pédagogie dans les écoles, lutter plus efficacement contre les discriminations. Et quand des gens tabassent des homosexuels, la réponse judiciaire doit être exemplaire.

Les trois agresseurs majeurs qui comparaissent aujourd'hui risquent jusqu'à trois ans de prison, si le caractère homophobe de cette agression est reconnu par le tribunal.

Cette audience se tient deux semaines après le procès d'un homme de 25 ans, condamné à quatre mois de prison ferme à Paris pour l'agression, particulièrement violente et jugée homophobe, d'un couple d'homosexuels qui s'enlaçaient dans la rue.

SOS Homophobie doit, par ailleurs, publier dans quelques jours son rapport annuel. Selon plusieurs sources, il fait état d'une augmentation significative des agressions homophobes en France en 2013 par rapport à 2012.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.