Gérard Bapt
Gérard Bapt © Radio France / Max PPP ©Francois Lafite/Wostok Press

Pour ouvrir la deuxième semaine du procès Mediator, le tribunal a entendu le député socialiste Gérard Bapt. Ce cardiologue a présidé la mission d'information parlementaire sur le Mediator et la pharmacovigilance.

Le député socialiste a affirmé à la barre:

Je suis intimement convaincu qu'il y a eu dissimulation des laboratoires Servier par volonté de pouvoir commercialiser le Mediator.

Ce matin , le professeur Bernard Begaud, ancien membre de la commission nationale de pharmacovigilance et professeur de pharmacologie médicale à l'université de Bordeaux était à la barre.

Le professeur Bernard Begaud a déclaré :

Le Mediator, j'ai honte de dire ça devant les victimes, ne constituait pas l'unique préoccupation de la pharmacovigilance française.

Jacques Servier, que l'on a vu durant deux heures lors de la première après-midi d'audience, n'a pas réapparu au procès depuis. Selon ses avocats, il souffre de problèmes cardiaques.

> Retrouvez le dossier complet

Le procès en direct

**

**

Lors de la première semaine d'audience, débutée mardi, il a été question de procédure pénale puisque les avocats de la défense ont demandé la fusion des deux procédures de Nanterre et de Paris. Se sont également succédés à la barre les premières victimes parties civiles, la pneumologue Irène Frachon qui a lancé l'alerte sur le Mediator ou encore des responsables de l'Afssaps, aujourd'hui Agence du médicament, pointé du doigt par les avocats des laboratoires Servier.

Les autres journées d'audience:

Vendredi: pourquoi ne pas avoir retiré le Mediator plus tôt?

Jeudi: audition d'Irène Frachon, pneumologue qui a révélé les dangers du Mediator

Mercredi: les premières victimes témoignent

Mardi: bataille de procédure, le procès doit-il se tenir?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.