Si l’on en croit les éléments de l’enquête, Angèle Boissy et Etienne Kabou se sont séparés quand leur fille unique, Fabienne, avait trois ans.

Fabienne Kabou et la présidente du jury
Fabienne Kabou et la présidente du jury © Radio France / Dongni Hou / ESA

Ils se sont revus, plus de trente ans plus tard dans le bureau du juge d’instruction. Là, en plus d’apprendre qu’ils avaient été grands-parents, ils découvraient que Fabienne avait tué leur petite-fille.

Aujourd’hui, Angèle Boissy et Etienne Kabou, tous deux parties civiles au procès, se tiennent chacun d’un bout à l’autre de la salle d’audience. Puis, aux côtés d’Etienne Kabou, vient s’installer Soninka.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Suivre le procès de Fabienne Kabou en direct et en intégralité

Soninka a été adoptée par Etienne Kabou et sa deuxième épouse. Elle est donc la demi-soeur de Fabienne. Le portrait qu’elle tire de sa famille à la barre est terrifiant : “je pense qu’aux yeux de ma mère, je suis un échec.” D”un voix posée, sans le moindre accent de colère, Soninka explique avoir quitté le domicile familial à 18 ans, s’être débrouillée toute seule, avoir passé son diplôme … avant d’être reniée par sa famille. “Je regrette de t’avoir adoptée”, lui lâche sa mère au téléphone. Son père, lui, est aux abonnés absents. Entretemps, ses parents ont adoptés deux autres petites filles, qu’elle n’a jamais vues.

Soninka, demi-soeur de Fabienne Kabou, à la barre
Soninka, demi-soeur de Fabienne Kabou, à la barre © Radio France / Dongni Hou / ESA

A la barre, lui succède Ida, cousine de Fabienne Kabou : “je la considère comme ma grande soeur”. Ida peine à nommer le meurtre d’Adelaïde, parle de “l’acte qu’elle a posé”, de l’”incident”, évoque la sorcellerie à demi-mot, puis les tantes de Fabienne : “pour moi elles sont capables du pire, si elle peuvent poignarder Fabienne, elles le feront”. Puis en 2011, alors qu’elles ont l’habitude de se téléphoner quotidiennement, alors qu’elles ont prévu de passer Noël ensemble, Fabienne coupe subitement les ponts. Mails, appels, visites chez elle, Ida s’inquiète et tente de renouer contact : “silence radio”.

Ida, cousine de Fabienne Kabou, à la barre
Ida, cousine de Fabienne Kabou, à la barre © Radio France / Dongni Hou / ESA

A cette époque, Fabienne Kabou tombe enceinte d’Adélaïde. Deux ans plus tard, elle l’abandonne à la marée montante, sur la plage de Berck-sur-mer.

► ► ► LIRE AUSSI | Fabienne Kabou, de la petite voix aux réponses cinglantes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.