La piste criminelle est envisagée après l'incendie d'un immeuble à Aubervilliers
La piste criminelle est envisagée après l'incendie d'un immeuble à Aubervilliers © Radio France / Olivier Boy

La piste criminelle est privilégiée dans l'enquête sur le feu qui a tué deux femmes samedi soir dans un immeuble d'Aubervilliers, déjà victime l'an dernier d'un incendie criminel. Le parquet a ouvert une enquête pour homicide et destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort.

Aucune trace d'hydrocarbure n'a été retrouvée sur place, mais "il y a forcément eu un agent extérieur" à l'origine de l'incendie, explique une source proche de l'enquête. "C'est parti de deux poussettes qui étaient dans un local au rez-de-chaussée", puis l'incendie s'est propagé rapidement jusqu'à la toiture.

Ce violent incendie s'est déclenché vers 20h dans une des cages d'escalier d'un immeuble en brique années 30 situé dans le centre d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Deux femmes, âgées de 30 et 40 ans, dont l'une était enceinte, ont trouvé la mort en sautant dans le vide pour échapper aux flammes. L'incendie a fait aussi quatre blessés graves, transférés dans un premier temps en civière dans une brasserie du coin de la rue.

Deuxième incendie criminel en un an

L'immeuble, qui appartient à un propriétaire privé, est "bien connu des services de la ville pour des problèmes d'hygiène et de sécurité" et pour des cas de sur-occupation, a dit le maire Pascal Beaudet (FG).

Un bâtiment "pourri", "insalubre"... Les habitants de l'immeuble sont abattus, mais pas vraiment étonnés. Sébastien Paour s'est rendu sur place pour France Inter

Voisins et habitants rappellent avec colère et amertume le précédent incendie qui avait déjà endeuillé la rue en mars 2013, dans le même bâtiment. Trois personnes y avaient péri, des migrants égyptiens qui occupaient un squat. Le principal suspect, un Égyptien d'une trentaine d'années, avait été mis en examen et écroué pour assassinat en mai 2013. Il est accusé d'avoir mis le feu à du liquide inflammable dans ce squat au cours d'une rixe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.