C'est une victoire pour David et Laura : les juges de Nanterre, qui ont analysé les comptes Instagram du chanteur et de sa femme Laeticia, estiment que Johnny Hallyday avait sa "résidence habituelle" en France. C'est donc devant les tribunaux français que devra se régler le litige sur sa succession.

Le chanteur Johnny Hallyday sur Canal +, le 19 novembre 2012.
Le chanteur Johnny Hallyday sur Canal +, le 19 novembre 2012. © AFP / Eric Feferberg

Ce n'est évidemment pas la fin de l'histoire, l'ultime épisode du feuilleton qui tient la France en haleine depuis la mort de l'idole, le 5 décembre 2017, à Marnes-la-Coquette. Mais le camp pro-David et Laura vient de remporter une sacrée victoire.

Petit retour en arrière : le 13 février 2018, les enfants aînés de Johnny Hallyday, déshérités par le testament américain du chanteur, assignent Laeticia et ses filles devant le tribunal de Nanterre. Ils contestent la validité des dispositions prises en 2014, par lesquelles Johnny Hallyday lègue tous ses biens à sa veuve et leurs deux filles. En réponse, les avocats de Laeticia Hallyday récusent la compétence du tribunal français : ce sont les juridictions américaines, disent-ils, qui doivent statuer.

Mais dans une très longue ordonnance, les juges de Nanterre estiment, ce mardi, que Johnny Hallyday résidait de façon "habituelle" en France. Cela posé, le tribunal est donc compétent pour examiner la succession de l'artiste. Cela ne préjuge pas de l'issue du procès sur l'héritage, mais c'est une première bataille essentielle remportée par David et Laura. 

Piégés par leurs comptes Instagram

Pour forger sa décision, le tribunal s'est penché sur les éléments "objectifs" et "subjectifs" présentés à l'audience du 29 mars dernier. Côté Laeticia Hallyday, on pointe la fascination ancienne du chanteur pour l'Amérique, et son installation définitive à Los Angeles en 2007, où les filles du couple, Jade et Joy, étaient scolarisées. Johnny avait obtenu sa "green card" en 2014, avait une carte de sécurité sociale américaine ; il aurait même eu le projet de devenir Américain. Pour en attester, tous les moyens sont bons : extraits d'interviews, témoignages d'amis et voisins, etc. Certes, Johnny est mort en France, mais c'est parce qu'il était en trop mauvaise santé pour voyager, expliquent les avocats de Laeticia.

Mais en face, les conseils de David Hallyday ont trouvé une arme imparable : les comptes Instagram de Johnny et Laeticia Hallyday. Car relater ses moindres faits et gestes sur un réseau social peut, un jour, se retourner contre vous. David Hallyday a ainsi produit un "tableau de géolocalisation Instagram des époux Smet de 2012 à 2017". Il en ressort que le couple a passé 151 jours en France en 2015, 168 jours en 2016, et les huit derniers mois de 2017. Exemple ci-dessous avec cette photo prise à Strasbourg et partagée sur le réseau social le 20 juin 2017.

Le fils de Johnny Hallyday enfonce le clou : "Une confusion est entretenue entre la fascination de son père pour la musique, les costumes, les motos et les paysages américains et son installation aux USA, étant observé en outre que l'intéressé n'a pas pu percer aux États-Unis, où il n'est pas connu, sa carrière étant uniquement française." Cruel constat.

Autre élément embêtant : la veuve de Johnny Hallyday affirme que le chanteur s'est "installé définitivement à Los Angeles avec sa famille en 2007." Or, notent les juges, à la même époque, Johnny Hallyday se disait résident... suisse. La situation perdure jusqu'en 2011. Difficile de ne pas y voir, comme l'écrivent les juges, "le souhait de ne plus avoir comme interlocuteur le fisc français"

"Le nombre des soi-disant amis américains est extrêmement limité"

La presse est aussi largement mise à contribution, pour documenter les fêtes données en France par le couple. L'anniversaire sur le thème "discoparty" de Laeticia en France le 19 mars 2016, les vingt ans de mariage du couple dans un restaurant parisien, l'anniversaire de Line Renaud organisé "à la maison" selon les mots de Johnny, comprenez à Marnes-la-Coquette... tout entre en compte. Comme cette interview de Pierre Billon, ami très proche du chanteur, donnée au Parisien le 27 mars 2018 : "Johnny vivait à 2 à l'heure. On adorait se poser pour regarder des trucs affreux, les feuilletons du matin ou le téléshopping." Loin, bien loin du glamour américain.

Laeticia Hallyday réplique : ils aimaient recevoir à Los Angeles ; elle produit des photos de leurs invités, parmi lesquels le chef Jean-François Piège, les acteurs Jean Reno et Dany Boon. Réponse des avocats de David : "Le nombre des soi-disant amis américains est extrêmement limité : six personnes, dont Dany Boon et Jean Reno, résidents aux États-Unis". Ouch. Même les messages de soutien du couple pendant les attentats en France deviennent ici des pièces à conviction : "Vive la France #fluctuatnecmergitur #parisjetaime #parisdebout", postait ainsi Laeticia Hallyday, le 16 novembre 2015.

"Des éléments factuels incontestables ont été écartés", regrette l'avocat de Laeticia Hallyday

Johnny Hallyday continuait à donner de nombreux concerts en France, à y partir en vacances, à rendre visite à ses amis. Des "fondamentaux de la personnalité et des goûts du du chanteur" qui l'ont poussé "à maintenir avec la France un lien étroit et stable" écrivent les juges, avant d'en tirer cette conclusion : "Il a conservé jusqu'au bout un mode de vie tout à la fois itinérant et bohème, mais surtout très français, qui l'amenait de fait à vivre de façon durable et régulière, et donc habituelle, en France."

Malgré ses rêves d'Amérique, son nom de chanteur, ses Harley Davidson et sa fascination pour Elvis, Johnny était d'abord français : voilà, en creux, ce que disent les juges. Laura Smet était "en larmes" en apprenant la décision, explique son avocat, Emmanuel Ravanas : "C'est un combat qu'elle mène depuis plus d'un an, dans des circonstances extrêmement difficiles. Elle n'a pas un lieu pour faire son deuil, elle n'a pas d'objet pour faire son deuil... C'est une grande émotion pour elle, et c'est la reconnaissance de ce que nous disons depuis plus d'un an."

L'avocat de Laeticia Hallyday, Ardavan Amir-Aslani, ne cache pas, lui, sa "stupéfaction", voire sa "consternation" après cette décision. "Des éléments factuels incontestables, sur la résidence de l'artiste, ont été écartés au profit des arguments fallacieux développés par la partie adverse", dit-il, avant d'annoncer faire appel de la décision. Prochaine étape, donc, devant la cour d'appel de Versailles, sans doute pas avant l'année prochaine. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.