Au total, les gendarmes recherchaient 20 personnes, cinq restant introuvables pour l'instant. Par ailleurs, certaines personnes parmi les 15 interpellées ce lundi matin ne font pas partie de la communauté des gens du voyage. Ces interpellations ont eu lieu dans un camp de gens du voyage situé en contrebas de la gare de Moirans , mais également dans une cité de cette ville de 8 000 habitants, située à une vingtaine de kilomètres de Grenoble.

Les auditions commenceront dès que possible. Les perquisitions ont permis de saisir certains objets intéressant l'enquête, a annoncé le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat.

Ils réclamaient la libération de l'un des leurs

Le 20 octobre, une cinquantaine de gens du voyage installés dans un campement de Moirans s'étaient livrés à des violences spectaculaires. Une trentaine de voitures avaient été incendiées, certaines jetées sur les voies SNCF, interrompant ainsi la circulation de plus de 120 trains pendant une douzaine d'heures, tandis que la gare et un restaurant avaient été mis à sac. Les émeutiers réclamaient alors qu'un détenu de 24 ans, membre de leur communauté, puisse assister aux obsèques de son frère de 17 ans, tué dans un accident de la route le week-end précédant les faits, à bord d'une voiture volée après avoir commis un cambriolage

Des évènements similaires deux mois plus tôt

Les violences de Moirans étaient intervenues deux mois après d'autres évènements similaires, cette fois-ci dans la Somme. Des gens du voyage avaient bloqué l'autoroute A1. Le gouvernement avait alors été critiqué pour son "laxisme" présumé. Douze personnes ont, depuis, été interpellées et mises en examen. Elles doivent comparaitre devant le tribunal correctionnel d'Amiens les 4 et 5 février.

Accusé de laxisme après les évènements, le gouvernement se veut ferme

Après le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve au lendemain des émeutes, Manuel Valls s'était rendu le 6 novembre à Moirans pour assurer que les faits "ne resteraient pas impunis". Ce lundi matin, le Premier ministre Manuel Valls s'est félicité des interpellations .

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendra à Grenoble ce lundi après-midi.

Ecoutez le reportage de Xavier Demagny de France Bleu Isère

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.