Le tribunal a finalement entendu l'enregistrement des conversations entre les forces de l'ordre au moment de la course poursuite qui aboutira à la mort de Zyed et Bouna dans le transformateur électriqu de Clichy-sous-Bois.

C'est la première fois que ces conversations sont diffusées en public. On y entend les fameuses phrases du policier : "Deux individus s'introduisent sur le site EDF. En même temps, s'ils rentrent sur le site, je ne donne pas cher de leur peau."

À ce moment, le policier est essouflé. Il prononce tout cela sur un ton légèrement détaché, presque ironique. "Ouais, s'ils rentrent sur le site, je ne donne pas cher de leur peau, hein !"

Dans la salle, les familles de victimes et Muhittin, le rescapé du transformateur, ne retiennent plus leurs larmes. Les policiers aussi sont très émus quand on leur demande ce qu'ils en pensent. Stéphanie Klein, la standardiste qui a reçu le message de son collègue, dit : "Je ne connaissais pas le site. Je n'ai perçu aucun danger à ce moment-là." Et elle s'effondre en larmes.Quant à Sébastien Gaillemin, il se dit "désolé de cette expression fort maladroite. C'était l'expression orale d'une pensée basée sur des hypothèses. Je n'avais aucune certitude sur la présence des enfants sur le site EDF. Je ne comprends même pas qu'on ait pu penser que j'aie pu agir ainsi."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.