Au deuxième jour du procès de France Inter et de Mediapart poursuivis en diffamation par Denis Baupin, le tribunal a entendu les six femmes et deux hommes qui ont raconté aux journalistes les agressions sexuelles et les harcèlements de l’ancien député dont ils se disent victimes ou témoins.

Denis Baupin
Denis Baupin © AFP / Bertrand GUAY

Les procès en diffamation ont ceci de particulier qu’ils obligent la victime ou l’auteur des propos incriminés à entrer dans les détails de ce qui les oppose. Ainsi, rares sont les personnes suspectées de violences à venir poursuivre leur accusateur en diffamation, afin d’éviter que les audiences se transforment en procès des violences qu’on leur reproche. Et pourtant, même s’il a préféré ne pas venir comparaître, c’est le choix qu’a fait Denis Baupin. Et hier, pendant six heures, son avocat n’a pas pu échapper à l’examen minutieux des violences sexuelles que six femmes de l’entourage politique et professionnel de l’ancien député, sont venues raconter à la barre. 

"Je ne pensais pas que ça aurait autant d'importance dans ma vie"

Laurence Mermet a quitté Paris et la politique. Le 9 mai 2016, en écoutant France Inter, Laurence devient "blême, toutes les choses remontent, cette vie antérieure sur laquelle j’avais tiré un trait". Ce matin-là, Cyril Graziani présente, dans le Zoom de la rédaction, une enquête menée conjointement avec Mediapart, révélant le témoignage de femmes qui se disent victimes des agissements de Denis Baupin. "Des femmes que je ne connaissais pas (sauf une)" raconte Laurence Mermet, "je suis stupéfaite et en même temps, je ne suis pas surprise. D’un seul coup, le couvercle s’est rouvert". 

Elle raconte au tribunal sa vie de militante écolo, fidèle de Dominique Voynet dont elle devient l’attachée de presse au ministère de l’Environnement, avant d’être catapultée à la voirie de la mairie de Paris sous la houlette de Denis Baupin. Un soir de réunion politique, elle sent une caresse sur sa nuque, "un lieu de mon corps extrêmement intime" confie Laurence, "c’était une caresse très douce, mais il y a des douceurs qui sont violentes". Laurence proteste, elle ne comprend pas, "je me suis dit : t’es pas dans la merde, là !". Car Denis Baupin est son supérieur hiérarchique. "Cette histoire m’a déstabilisée" et quelques mois plus tard, Laurence quitte la mairie, quitte la politique, quitte Paris. "J’avais plus ma place ici, il fallait que je quitte ce monde-là". "Pourquoi ne pas avoir porté plainte ?" interroge l’avocat de Denis Baupin. _"Une petite voix me disait que ce n’était pas très grave, mais je ne pensais pas que ça aurait autant d’importance dans ma vie et c’est resté quelque chose de violent"_. Le 9 mai 2016, en écoutant France Inter, Laurence décide de contacter les journalistes qui ont mené l’enquête et accepte de leur livrer son témoignage (qui sera diffusé dans un second volet de cette enquête le 30 mai 2016).

"On ne touche pas impunément au corps d'une femme"

En 2009, Sandrine Rousseau entend l’appel de Daniel Cohn-Bendit pour rénover le mouvement écologiste. Cette jeune économiste a tout pour plaire chez les Verts : elle est une femme, elle vient de province et n’est pas issue du sérail politique. Deux ans plus tard, la voilà propulsée à Paris pour négocier une entente avec les socialistes en vue de la présidentielle. Propulsée avec son binôme : Denis Baupin. Lors d’une réunion un peu tendue rue de Solférino, Sandrine fait une pause. En sortant des toilettes, elle tombe sur son binôme. "Il m’attendait, j’ai été frappée par son regard, ça a duré quelques secondes : il m’a plaquée contre le mur, a tenté de m’embrasser et m’a touché les seins. J’étais flageolante, je suis repartie me mettre de l’eau sur le visage". Dans les heures et les jours qui ont suivi, Sandrine Rousseau en parle autour d’elle, dans son parti, à plusieurs membres de la direction. Personne n’a l’air étonné. "Certains m’ont même conseillé de ne pas trop en parler, que ça se finirait mal pour moi". Progressivement, elle estime qu’elle n’a plus sa place dans le mouvement et quitte la vie politique, "ça a été un tsunami pour moi". Le 8 mars 2016, journée internationale des femmes, Denis Baupin pose avec du rouge à lèvre à côté d’autres députés, pour une photo qui se répand sur les réseaux sociaux. C’est la campagne Mettez du rouge, en soutien aux femmes victimes de violences. Pour Sandrine, c’est le déclic, "comme s’il m’avait pris mon rouge à lèvre". Elle décide de témoigner auprès des journalistes de France Inter et Mediapart. Quelques jours avant la diffusion de cette enquête, alors qu’elle attendait dans un couloir du tribunal qu’un juge prononce son divorce, elle prévient son futur-ex-mari que le reportage va bientôt être diffusé. "C’est en partie à cause de lui qu’on est là" lui répond-il. Sandrine Rousseau sanglote à la barre : "un couple avec 3 enfants qui se sépare à cause d’un connard ! Il faut le dire : on ne touche pas impunément au corps d’une femme, ça a toujours des conséquences".

"Ce procès nous permet de passer à une autre étape de notre vie"

Isabelle Attard raconte les nombreux SMS qu’elle se souvient avoir reçus de Denis Baupin pendant plus d’un an et demi. Certains apparaissent au dossier, d’autres n’ont pas été retrouvés par les enquêteurs. Ça a commencé juste après son élection aux législatives de 2012, le premier jour de la rentrée parlementaire. Elle ne connait presque personne, y compris dans le groupe des 18 députés Europe-Ecologie Les Verts. "Députée, ça me passionne, mais je n’y connais rien" confie Isabelle, "et je pensais pouvoir compter sur Denis Baupin pour travailler sur la question du nucléaire, j’ai beaucoup d’estime pour lui". Mais les SMS tombent en cascade. "Je suis mal à l’aise, j’en parle à mes collaborateurs. Je lui réponds, toujours poliment. S’il me fait des compliments, je lui dis merci. S’il me fait des propositions, je lui réponds: non, merci". Très vite, Isabelle Attard évite les réunions de travail seule avec lui, elle s’y rend systématiquement avec son collaborateur. L’été suivant, aux universités d’EELV, elle se confie à d’autres cadres du parti. "Ils me font comprendre que je ne suis pas la seule, ils me parlent de cas plus graves". Puis, de retour à l’Assemblée Nationale, elle remarque que les collaboratrices du député s’enferment à clé dans leur bureau, elle apprend que d’autres députées ont reçu les mêmes SMS qu’elle. En juillet 2015, lors d’un déjeuner avec Edwy Plenel, Isabelle Attard se confie. "J’ai lâché une bouteille à la mer". C’est ce premier SOS qui déclenchera la longue enquête que Mediapart et France Inter publieront dix mois plus tard. Isabelle Attard conclut sa déposition devant le tribunal : "_je ne pensais pas dire ça un jour : merci Denis Baupin, merci pour ce procès que nous n’avons pas choisi mais qui nous permet à toutes de dire fort et publiquement ce qu’on a vécu, ce que nous avons sur le cœur, ce procès qui nous permet de passer à une autre étape de notre vie"_

Denis Baupin poursuit France Inter et Mediapart en diffamation après les accusations portées par plusieurs femmes
Denis Baupin poursuit France Inter et Mediapart en diffamation après les accusations portées par plusieurs femmes © AFP / .
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.