Jean-Jacques Urvoas
Jean-Jacques Urvoas © MaxPPP/IP3 press/Vincent Isore

Le député breton Jean-Jacques Urvoas a été nommé ce mercredi matin ministre de la Justice après la démission de Christiane Taubira.

Pour l'Élysée, c'est "lechoix de la compétence , de l'expérience et de la cohérence qui a prévalu". Jean-Jacques Urvoas était jusqu'à ce jour le président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale . Il connaissait donc "parfaitement les questions juridiques et de justice" explique l'Élysée.

Âgé de 54 ans, Jean-Jacques Urvaos est un universitaire en droit constitutionnel . À l'Assemblée, c'est lui qui a été chargé de trouver un consensus au sujet de la réforme constitutionnelle sur la déchéance de nationalité, mesure qui a poussé Christiane Taubira à démissionner. Il est également spécialiste des questions de police et de renseignements , ce qui le rapproche de Manuel Valls. C'est lui par exemple qui avait proposé la création de zones de sécurité prioritaire, une mesure adoptée par le Premier ministre. Il a aussi été chargé du programme électoral du Parti socialiste en matière de sécurité , avec pour mot d'ordre la fin de l'angélisme, une étiquette qui collait à la peau de la gauche.

En 2015, le député du Finistère publie une note à la Fondation Jean Jaurès sur la réforme du Conseil supérieur de la magistrature. Il plaide pour une plus grande autonomie du parquet par rapport au pouvoir exécutif et pour une réforme constitutionnelle qui permettrait au Conseil d'être garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire. Jean-Jacques Urvoas a également prôné un contrôle parlementaire de l'État d'urgence . Il y a quelques jours encore, il a estimé que l'État d'urgence a porté ses fruits mais a aussi montré ses limites. Les perquisitions ont bien fonctionné les quinze premiers jours avec l'effet de surprise. Mais le nouveau ministre a été habile, il n'a pas dit non plus qu'il fallait y mettre fin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.