jérôme kerviel poursuit la société générale aux prud'hommes
jérôme kerviel poursuit la société générale aux prud'hommes © reuters

L'avocat de Jérôme Kerviel demande à François Hollande de faire en sorte que son client, invité à se rendre d'ici dimanche pour exécuter sa peine de trois ans de prison ferme, ne soit pas incarcéré avant que la lumière soit faite sur la responsabilité présumée de la Société Générale.

La Cour de cassation a confirmé fin mars la condamnation pénale de l'ex-trader, mais a cassé les dispositions civiles de l'arrêt l'obligeant à payer 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts pour une perte record en 2008 à la Société Générale.

La justice devra dès lors se prononcer lors d'un nouveau procès au civil sur le préjudice financier de la banque et le montant des dommages imputables à Jérôme Kerviel. Une "victoire" pour son conseil, qui avait alors évoqué "la fin d'une affaire Kerviel" et le début "d'une affaire Société générale."

►►► ALLER PLUS LOIN | Jérôme Kerviel : la prison confirmée, le chèque annulé

"Alors que ce dossier ne peut exister, en droit et en fait, qu'à l'unique condition que la Société Générale ait tout ignoré des activités de son trader junior, ce dernier a été condamné sans aucune expertise indépendante relative au degré de connaissance de la banque", écrit Me David Koubbi dans une tribune publiée vendredi par L'Humanité.

Nous, citoyens de France, vous demandons, Monsieur le président de la République (...) de faire en sorte que Jérôme Kerviel ne fasse pas un jour de prison, tant que la lumière n'aura pas été faite dans cette affaire, dans sa globalité.

Incarcération dès lundi ?

Le parquet général de Paris a invité Jérôme Kerviel, qui doit traverser la frontière entre l'Italie et la France samedi à 15 heures, à se présenter au plus tard dimanche au commissariat de Menton (Alpes-Maritimes). S'il s'y refuse, il pourrait être arrêté dès lundi matin.

L'ex-trader, devenu une icône pour de nombreux opposants au monde de la finance, qui voient en lui "un coupable idéal", a entrepris de marcher de Rome à Paris "contre la tyrannie des marchés" après une rencontre avec le pape François au Vatican.

Depuis les Alpes italiennes, vendredi, il a dit ne pas penser à ce qu'il ferait à son arrivée en France, à savoir se rendre ou attendre que la police vienne l'interpeller. "Je me poserai la question demain matin", a-t-il déclaré sur France Bleu Azur. "Aujourd'hui mon seul objectif est de finir cette marche."

"Il en va de la justice en France"

Dans sa lettre à François Hollande, Me David Koubbi regrette que le parquet "s'empresse à incarcérer" son client. "Il n'en va pas seulement de la vie d'un homme, il en va de la justice en France", écrit-il.

Jérôme Kerviel a toujours dit que la Société Générale savait qu'il prenait des positions vertigineuses non couvertes. Selon lui, une étude comptable et financière permettrait de démontrer que la banque a gonflé ses pertes lorsqu'elle a débouclé ses positions de 50 milliards d'euros.

Il a porté plainte contre son ancien employeur pour faux et usage de faux, escroquerie au jugement et subornation de témoins.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.