L'acteur de 72 ans a été mis en examen le 16 décembre dernier, pour viols et agressions sexuelles, mais on ne l'a appris que mardi. Les faits présumés remontent à l'été 2018. Une comédienne d'une vingtaine d'années, affirme avoir été violée à deux reprises au domicile parisien de l'acteur.

Gérard Depardieu a été mis en examen le 16 décembre pour "viols" et "agressions sexuelles"
Gérard Depardieu a été mis en examen le 16 décembre pour "viols" et "agressions sexuelles" © Getty / Corbis / Eric Fougere

On l'a appris ce mardi, mais l'acteur est mis en examen depuis le 16 décembre dernier. Cette mise en examen fait suite à la plainte d'une femme d'une vingtaine d'années. La jeune femme, qui souhaite rester anonyme, est une comédienne. Ses parents sont des amis de Gérard Depardieu qu'elle fréquentait depuis l'enfance, jusqu'à ces visites à son domicile parisien, dans le VIe arrondissement de Paris, au cours desquelles ont eu lieu, selon elle, des faits de viols et d'agressions sexuelles. Jointe par l'AFP, Me Elodie Tuaillon-Hibon, a demandé que "l'intimité et la vie privée de sa cliente soient préservées".

Les faits dénoncés remontent à août 2018

On est alors à l'été 2018, les 7 et 13 août, lorsqu'elle subit les faits qu'elle dénonce. Des faits que l'acteur de 72 ans, lui, conteste totalement, précise son avocat à France Inter. 

Hervé Temime regrette que cette affaire ait été rendue publique. "Nous étions dans une situation assez exceptionnelle où, pendant deux mois, aucune information n'avait filtré. C'était une bonne chose, car la justice n'a pas à être rendue sur la place publique. Il y a un magistrat instructeur qui est en charge de ce dossier. Il y a une plaignante qui est partie civile, qui a tous ses droits et Gérard Depardieu, qui conteste fermement ces faits et qui a le droit d'être défendu et qu'on doit considérer comme présumé innocent", plaide Me Temime

La procédure judiciaire ouverte à Aix-en-Provence contre l'acteur français, également citoyen russe depuis 2013, avait été rapatriée à Paris. 

Cette affaire a d'abord été classée sans suite par le parquet de Paris

Au terme de plusieurs mois d'investigations au cours de laquelle Gérard Depardieu a été longuement entendu et même confronté à la jeune femme devant les enquêteurs, le parquet de Paris avait finalement décidé de clore le dossier, faute d'éléments suffisants. Mais une nouvelle plainte de la jeune femme, avec constitution de partie civile, a automatiquement relancé la procédure et conduit à la saisine d'une juge d'instruction. 

Juge qui, sur la base des mêmes éléments, a donc décidé, elle, qu'il y avait assez "d'indices graves ou concordants" pour une mise en examen de l'acteur. Cette divergence de regard sur les faits porterait notamment sur la question du consentement, ou non, de la jeune femme.

L'acteur a été laissé libre, sans contrôle judiciaire, et l'enquête se poursuit.