La justice soupçonne Business France, dirigée à l'époque par Muriel Pénicaud, d'avoir enfreint la réglementation sur les marchés publics en ne faisant pas d'appel d'offres.

L'affaire Business France à Las Vegas continue d'empoisonner Muriel Pénicaud et Emmanuel Macron
L'affaire Business France à Las Vegas continue d'empoisonner Muriel Pénicaud et Emmanuel Macron © AFP / Robyn Beck

Le 6 janvier 2016, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, se rend dans la plus grande ville du Nevada. Il participe à une soirée au Consumer Electronics Show, un salon dédié à l'innovation technologique. Une belle soirée devant un parterre de journalistes et de patrons. Une formidable réussite pour Emmanuel Macron alors ministre de l'Economie mais déjà presque candidat à l'élection présidentielle.

L'organisation de cet événement est confiée à la structure publique Business France, dirigée à l'époque par Muriel Pénicaud, l'actuelle ministre du travail. L'agence de presse Havas en est le prestataire. Coût total de l'opération : 381.759 euros. Problème : la justice soupçonne Business France, qui dépend notamment de Bercy, d'avoir enfreint la réglementation sur les marchés publics en ne faisant pas d'appel d'offres.

Au mois de mars, le parquet de Paris ouvre donc une enquête préliminaire pour "favoritisme, complicité et recel". Et depuis l'étau se resserre autour de Muriel Pénicaud.

Une enquête qui progresse vite

Muriel Pénicaud, était-elle informée des graves dysfonctionnements en amont de cet événement organisé par l'agence publique Business France ? C'est à cette question que les juges cherchent une réponse.

Durant l'été l'enquête s'est accélérée, notamment après une perquisition au siège de Business France. Des échanges de courriels suggérant que Murielle Pénicaud était au courant d'irrégularités ont sauté aux yeux des enquêteurs l'office anti-corruption de la police judiciaire, et notamment celui-ci : "briéfée par nos soins, Muriel ne fait rien". L'auteur de ce message est Fabienne Bothy-Chesneau, à l'époque directrice de la communication de Business France.

Début aout, la pression s'accentue un peu plus autour de Murielle Pénicaud. Le Canard enchaîné affirme que son ex-directrice adjointe à Business France devrait être convoquée chez les juges "début septembre en vue d'une probable" mise en examen.

Puis c'est la ministre du Travail elle-même qui pourrait l'être, selon l'hebdomadaire satirique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.