Perquisition à Carcassonne le 20 nov chez une femme fichée S
Perquisition à Carcassonne le 20 nov chez une femme fichée S © MaxPPP / Claude Boyer

L'état d'urgence mis en place il y a deux semaines en France après les attentats du 13 novembre a conduit à 346 procédures judiciaires selon Manuel Vals, qu'il s'agisse d'enquêtes, de comparutions immédiates ou de poursuites.L'état d'urgence permet des interpellations décidées par les autorités administratives sans l'aval des instances judiciaires.

Condamnations après les incidents de dimanche à Paris

Deux condamnations ont d'ores et déjà été prononcées après les échauffourées de dimanche avec la police place de la République. Devant le tribunal correctionnel de Paris, un homme a écopé de trois mois de prison ferme pour avoir jeté un projectile sur un policier. Selon son avocat, cette peine est trop loude car son client n'a rien d'un casseur et a servi d'exemple. Le parquet fait appel.

Une jeune femme a été condamnée à 1 000 euros d'amende pour avoir refusé de fournir ses empreintes digitales.

Parmi les 330 assignés à résidence , 26 sont considérés comme des militants "radicaux et violents", soupçonnés d'avoir voulu s'opposer à la COP21. De nombreux recours contre ces assignations ont été rejetés par le tribunal administratif. C'est maintenant au Conseil d'Etat de trancher.

Des perquisitions musclées

Deux responsables de la mosquée de la Rochelle, musulmans salafistes, ont fait l'objet de perquisitions chez eux. On pouvait lire "Appartenance à un groupe salafiste" sur l'ordre de perquisition signé par le préfet. Après deux heures de fouilles, la police est repartie bredouille.

Mes enfants m'ont vu par terre, menotté. Heureusement, ma porte a été réparée mais le traumatisme est irréparable, réagit Rachid

Les deux salafistes sont soutenus par la mosquée de La Rochelle.

Ceux qui peuvent être un danger pour nous, c'est pas dans les mosquées qu'on va les trouver. Souvent ce sont des rencontres malheureuses avec des voyous ou le soir derrière l'écran sur internet, analyse le porte parole de la mosquée de La Rochelle (propos recueillis par Julien Fleury / France Bleu La Rochelle)

Trois mosquées fermées

Trois mosquées ont été fermées depuis la semaine dernière dont celle de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) visée ce mercredi matin par une vaste opération de police, a annoncé le ministre de l'Intérieur. Deux autres mosquées ont été fermées la semaine dernière, à Lyon et à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

A Lagny-sur-Marne, 22 interdictions de sortie du territoire ont été prononcées à la suite des perquisitions. "Neuf individus radicalisés ont été assignés à résidence, et un revolver 9 mm a été saisi "chez un individu qui a été aussitôt placé en garde à vue".

Quelle efficacité des opérations de police?

Il reste difficile de savoir si l'état d'urgence a vraiment permis d'avancer dans la lutte contre le terrorisme, mais il est permis de s'interroger sur les conséquences de cet état d'urgence. Christine Lazerges , présidente de la commission nationale consultative des droits de l'homme invitée du journal de 13 heures de Claire Servajean :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.