Un rapport d'Amnesty International accuse la France d'avoir profité de la menace terroriste pour justifier des politiques d'ordre public plus restrictives et disproportionnées.

Manifestation contre la loi Travail en septembre 2016
Manifestation contre la loi Travail en septembre 2016 © Maxppp / William Joubrel/Wostok Press

À quoi ressemblent les manifs en plein état d'urgence ? Amnesty International donne des éléments de réponse :

  • elles sont réduites, puisque les pouvoirs d'urgence ont empêché la tenue de 155 rassemblements depuis novembre 2015.
  • elles sont aussi plus violentes : répression policière abusive, utilisation massive de gaz lacrymogènes, matraques, balles en caoutchouc...

L'ONG publie un rapport glaçant ce mercredi, fruit d'une longue enquête de terrain, menée dans différents cortèges depuis un an et demi, notamment les manifestations contre la loi Travail ou contre les violences policières. La conclusion est sans appel : l'état d'urgence, conçu pour lutter contre le terrorisme, a été aussi utilisé pour limiter, entraver les manifestations pacifiques. D'abord en interdisant des manifestations, parfois de manière abusive selon Amnesty, qui évoque le cas des rassemblements prévus en marge de la COP21, en décembre 2015. La préfecture de police de Paris assurant que "de nombreux groupes et individus, y compris certains venus de l'étranger, avaient l'intention de troubler l'ordre public" en marge de la conférence.

"Quand on part sur une manif, on ne pense pas partir à la guerre"

Autre point accablant du rapport : le recours à la violence, régulièrement "non nécessaire" et "excessif" selon les éléments recueillis. Laurent Théron fait partie des témoins qui ont raconté leur expérience à Amnesty. Secrétaire hospitalier, syndicaliste qui n'avait plus manifesté depuis 2000, "j'étais plutôt branché yoga et vie de famille". Il a perdu un œil place de la République à Paris, en 2016, lors d'une manifestation contre la loi Travail.

C'était la fin du cortège, le 15 septembre. Je m'amusais à compter les CRS, à voir comment ils s'organisaient... Il y a eu une première charge, j'ai été pris dans les gaz lacrymo. Puis encore une autre charge, avec jets de grenades lacrymogènes. Le dernier souvenir que j'ai, c'est de les voir dans le ciel et de me dire "mais combien ils en envoient, de ces trucs ?" Et puis une explosion, une douleur immense dans mon crâne, j'ai perdu mon œil droit. J'aimais bien mes yeux... Choc post-traumatique, j'ai un suivi psychologique, je suis en dépression et sous traitement.

Utilisation abusives de grenades de désencerclements, coups de matraques sur des manifestants pacifiques... Des cas que Nicolas Krameyer, d'Amnesty International a lui-même repéré dans des cortèges. Ainsi qu'une stratégie policière particulière : la nasse.

La nasse, c'est un système qui vise à confiner des manifestants, à les entourer de forces de l'ordre. Son usage est strictement encadré par le droit international : ça vise à séparer des manifestants violents d'autres manifestants. Ce qu'on a constaté, c'est que depuis l'instauration de l'état d'urgence, le recours aux nasses s'est largement développé, bien au-delà du périmètre possible. On voit aujourd'hui que de très nombreux manifestants pacifiques sont "nassés", pendant plusieurs heures, sans possibilité de pouvoir en sortir, sans qu'aucune justification ne leur soit donné. En ce sens, c'est une restriction totalement arbitraire et disproportionnée au droit de manifester pacifiquement.

Sur les violences, des chiffres très différents selon les sources

Amnesty International évoque aussi tous ceux qui ont été empêché de défiler par des restrictions de circulation : 639 personnes, dont une grande majorité s'opposait à la loi Travail. Emmanuel Macron a promis de protéger le droit de manifester, rappelle Amnesty : maintenant qu'il est président, il doit tenir parole.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.