la cedh demande le maintien en vie de vincent lambert
la cedh demande le maintien en vie de vincent lambert © reuters

Dans une décision rendue ce vendredi, la CEDH estime qu'interrompre les soins intensifs qui maintiennent Vincent Lambert en vie n'est pas contraire à la convention européenne des droits de l'homme. Elle valide la décision du Conseil d'État autorisant l'arrêt des soins.

Si elle ne l'ordonne pas, la Cour européenne des droits de l'Homme donne tout de même à la Francel'autorisation d'arrêter les soins de Vincent Lambert , ancien infirmier de 38 ans, tétraplégique depuis un accident en 2008.

"Droit à la vie" et "dignité de la mort"

Deux camps s'opposaient devant la Cour de Strasbourg. Celui des parents du patient, de l'une de ses soeurs et d'un demi-frère, qui dénonçaient une "mort programmée" , un "traitement inhumain et dégradant" et une violation du "droit à la vie".

Écoutez le témoignage de la mère de Vincent Lambert, Viviane Lambert, au micro d'Ania Vogel

17 sec

"Nous sommes scandalisés"

Et le L'autre camp, c'est celui de l'épouse de Vincent Lambert et de cinq de ses frères et soeurs, qui réclamaient au contraire le droit pour Vincent Lambert de mourir "dignement" . Ils assurent que c'est ce qu'il aurait d'ailleurs souhaité. Une décision soutenue également par ses médecins.

Écoutez le témoignage de l'épouse de Vincent Lambert, Rachel Lambert, également au micro d'Ania Vogel

24 sec

"Je suis déboussolée"

Si c'est un petit pas pour Vincent Lambert c'est un grand pas pour l'humanité et pour la médecine de l'homme

Pour le docteur Kariger, qui s'est longtemps occupé de Vincent Lambert à Reims, c'est "un grand pas pour la médecine de l'homme". Il était l'invité de à 13h ce vendredi.

4 min

"si c'est un petit pas pour vincent lambert c'est un grand pas pour l'humanité et pour la médecine de l'homme" / Kariger

L'arrêt rendu par la Cour européenne des droits de l'Homme est définitif , et ouvre la voie à une application de la décision du Conseil d'État dans le même sens.

L'affaire Vincent Lambert
L'affaire Vincent Lambert © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.