Le journaliste Charles Enderlin obtient gain de cause devant la justice , 13 ans après la diffusion de son reportage sur le conflit israélo-palestinien .

Charles Enderlin
Charles Enderlin © MaxPPP

Treize ans plus tard, Charles Enderlin peut souffler. Soupçonné d’avoir truqué un de ses reportages sur le conflit israélo-palestinien en 2000, le journaliste de France 2 a eu gain de cause devant la justice. Son détracteur Philippe Karsenty, fondateur de l’agence Media-Ratings a été condamné pour diffamation par la Cour d’Appel de Paris. Une condamnation plus lourde qu’en première instance avec 7000 euros de dommages et intérêts à verser au grand reporter.

Pour Maître Bénédicte Ambard, l’avocate de Charles Endelin, il y a enfin réparation :

Dans l’autre camp, l’amertume est visible sur le visage de Philippe Karsenty à l’énoncé de cette condamnation. Malgré cela, le fondateur de cette agence de notation des médias reste persuadé que le reportage diffusé sur France 2 a été " bidonné "

Philippe Karsenty fondateur de Media-Ratings

Cette affaire avait commencé par un premier procès en 2006. Philippe Karsenty dénonçe les conditions de tournage du reportage de Charles Enderlin, des images qui ont fait le tour du monde , qui montrent un petit garçon et son père au milieu de tirs entre soldats israéliens et combattants palestiniens .

Condamné à mille euros d’amende, Philippe Karsenty a été ensuite relaxé en appel. La Cour de Cassation a alors annulé cette décision l’an dernier et l’affaire est donc revenue en appel à Paris

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.