Le CHU de Reims peut maintenir Vincent Lambert en vie, selon la rapporteure du  tribunal administratif
Le CHU de Reims peut maintenir Vincent Lambert en vie, selon la rapporteure du tribunal administratif © MaxPPP/L'UNION DE REIMS/Remi WAFFLART

Malgré les décisions de justice précédentes, la rapporteur publique du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a estimé mardi que les médecins du CHU de Reims étaient en droit de maintenir en vie Vincent Lambert, en vertu de "leur indépendance professionnelle".

C'est un nouvel épisode dans l'affaire Vincent Lambert, cet homme accidenté de la route plongé dans un état neuro-végétatif depuis sept ans. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne s'est reuni ce jeudi après-midi à la demande de son neveu François. Celui-ci demande l'arrêt des traitements pour son oncle, afin de se mettre en conformité avec les différentes décisions de justice que l'hôpital n'a toujours pas appliquées.

Une décision médicale validée par la Cour européenne des droits de l'Homme qui avait ainsi confirmé l'avis du Conseil d'Etat, pour qui la continuation des soins de Vincent Lambert constituait une obstination déraisonnable.

La rapporteure publique a recommandé au juges de rejeter la requête de François Lambert. Selon Stéphanie Lambing, l'actuelle médecin du CHU de Reims et successeur du Dr Kariger, qui a relancé puis suspendu une nouvelle procédure collégiale en vue d'un d'arrêt des traitements de Vincent Lambert, a agi "en fonction de sa responsabilité professionnelle et morale".

Les explications de Monique Derrien

Le tribunal administratif devrait mettre sa décision en délibéré dans un délai de deux à trois semaines.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.