Par ennui et envie de briller devant ses collègues : un infirmier est jugé en Allemagne pour avoir tué au moins 100 malades dans différents hôpitaux, en leur injectant des médicaments pour provoquer un arrêt cardiaque avant de tenter de les ranimer. Il a reconnu les faits ce mardi, à l'ouverture de son procès.

A l'entrée dans la salle d'audience, Niels Högel a caché son visage des photographes derrière un dossier bleu.
A l'entrée dans la salle d'audience, Niels Högel a caché son visage des photographes derrière un dossier bleu. © Maxppp / Newscom / DPA / Julian Stratenschulte/

Cet aveu fait de Niels Högel le plus grand criminel depuis la dernière Guerre en Allemagne. Et selon ses codétenus, cette idée ne déplaît pas à l'homme de 41 ans, qui purge depuis près de dix ans une condamnation à perpétuité pour six crimes similaires.

Les familles veulent comprendre

C'est en 2005 que Niels Högel a été surpris en train d'injecter un produit non prescrit à un patient à l'hôpital de Delmenhorst. Condamné à sept ans de prison pour tentative de meurtre, il est reconnu coupable de meurtres et tentatives de meurtres sur cinq autres personnes. Un procès qui n'a été possible que grâce à l'insistance des familles de victimes, qui trouvaient suspectes les conditions de décès de leurs proches.

On le sait maintenant, Niels Högel choisissait arbitrairement ses victimes, âgées de 34 à 96 ans auxquelles il injectait des médicaments pour provoquer un arrêt cardiaque, avant de tenter de les ranimer, le plus souvent sans succès.

Les enquêteurs qui ont procédé à plus de 134 exhumations, pensent que le nombre exact de ses victimes doit avoisiner les 200 mais que ce sera impossible à prouver du fait des nombreuses incinérations.

Niels Högel n'a jamais exprimé de réels remords. Ce procès qui se tient dans le centre polyvalent d'Oldenbourg, dans le nord-ouest de l'Allemagne, faute de place suffisante au tribunal, sera peut-être enfin l'occasion de s'expliquer, face aux dizaines de proches de défunts. Pour l'instant il a juste reconnu s'être drogué aux analgésiques pour faire face à la pression d'un service de soins intensifs en sous-effectif.

Pourquoi personne n'a jamais réalisé ce qui se passait ?

Anciens collègues et supérieurs hiérarchiques devront aussi s'expliquer devant la justice car personne ne comprend comment l'infirmier a pu impunément tuer autant de patients sans que ses supérieurs ou les médecins s'en aperçoivent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.