Sandra Muller est poursuivie en justice par l'homme qu'elle avait accusé en 2017 dans un tweet abondamment relayé. S'il reconnaît des propos déplacés, Éric Brion nie tout harcèlement et dit vivre depuis "une véritable mort sociale".

Sandra Muller fait partie des "briseuses de silence" désignées par le magazine américain Time comme "personnalité de l'année" 2017
Sandra Muller fait partie des "briseuses de silence" désignées par le magazine américain Time comme "personnalité de l'année" 2017 © AFP / Bertrand Guay

Ils seront face à face, ce mercredi 29 mai, devant la 17e chambre civile du tribunal de Paris. D'un côté, Sandra Muller, initiatrice du hashtag "balance ton porc", devenu viral sur les réseaux sociaux. De l'autre, l'homme qu'elle a nommément accusé, Éric Brion, ex-patron de la chaîne Equidia, et qui la poursuit au civil pour diffamation

Un tweet partagé plus de 2 500 fois

Octobre 2017. L'affaire Harvey Weinstein vient tout juste d'éclater. Sur Twitter, Sandra Muller, journaliste à la Lettre de l'audiovisuel, incite les femmes à dénoncer ceux qui les ont harcelées dans le cadre professionnel.

Quelques tweets plus tard, elle livre son expérience personnelle. Les faits décrits remontent à une soirée de mai 2012, en plein festival de Cannes.

De la drague lourdingue mais pas de harcèlement, selon l'intéressé 

Le 30 décembre, Éric Brion se défend dans une tribune publiée par le journal le Monde, où il réclame "le droit à la vérité et à la nuance". Deux semaines plus tard, il décide d'assigner Sandra Muller en justice pour diffamation. "Son nom a été jeté en pâture", estime son avocate. 

Car Éric Brion réfute tout harcèlement. Il reconnaît avoir tenu des propos déplacés, "grivois", "lourdingues". "On peut dire qu'il s'est comporté comme un plouc. Mais elle lui a fait comprendre qu'elle n'était pas intéressée et il est parti", insiste Me Marie Burguburu. L'avocate rappelle au passage que son client s'est excusé dès le lendemain par SMS et qu'il n'existait entre les deux aucun lien hiérarchique :  

Le harcèlement consiste soit en un acte répété, soit en un acte unique monnayant une faveur sexuelle contre une menace ou un chantage. Ça n'est absolument pas le cas ici. 

Un argument balayé par Francis Szpiner, l'avocat de Sandra Muller, qui va jusqu'à parler de "baupinade", en référence à l'affaire Denis Baupin :  "On a ici quelqu'un qui a fait une bêtise et qui, au lieu de s'écraser, porte l'affaire devant les tribunaux, s'étrangle-t-il. Sandra Muller a bien été victime de propos déplacés à caractère sexiste dans le cadre de son travail."

"Vie brisée"

Depuis ce fameux tweet, Éric Brion se dit condamné à une "véritable mort sociale". Sa compagne de l'époque l'a quitté, il a perdu la moitié de ses amis et a pris dix kilos. Il ne travaille quasiment plus, à l'exception de quelques missions. Celui qui s'était séparé d'un collaborateur accusé de harcèlement sexuel en arrivant à la tête d'Equidia, est devenu un paria. "Sa vie est brisée", résume son avocate.

Éric Brion réclame 50 000 euros de dommages et intérêts,  15 000 euros de frais de justice, la suppression du tweet le mentionnant et des publications judiciaires.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.