EXCLU | L'OCRTEH est chargé d'une enquête pour proxénétisme aggravé sur Viva Street, un site de petites annonces avec qui il collabore pourtant depuis des années

Image d'illustration : un homme regarde une petite annonce de la rubrique "Erotica" sur VivaStreet
Image d'illustration : un homme regarde une petite annonce de la rubrique "Erotica" sur VivaStreet © Radio France / Léa DH

Le parquet de Paris vient de confier à l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains, l'OCRTEH, une enquête pour "proxénétisme aggravé" visant le site de petites annonces Viva Street. Cette enquête a été ouverte suite à la révélation, sur France Inter, en novembre 2016, d'une plainte des parents d'une jeune mineure contre Vivastreet. Leur fille avait passé une annonce de prostitution masquée, une offre de massage, en se faisant passer pour une adulte alors qu'elle n'avait que 14 ans.

L'enquête a été ouverte mi-février et confiée à l'OCRTEH. Or, Viva Street et l'OCRTEH travaillent depuis plusieurs années en "partenariat", comme l’atteste un document que France Inter s’est procuré.

Dans ce texte, le patron de l'OCRTEH atteste que le site Viva Street "collabore depuis plusieurs années de manière proactive avec les services de police", en leur fournissant "des informations sur des annonces passées sur son site internet".

Toujours selon ce même document, Viva Street effectue des formations auprès des services de police. Il leur explique par exemple comment utiliser les traces laissées par des cartes de crédit sur son site.

Attestation de Jean-Marc Droguet
Attestation de Jean-Marc Droguet © DR
Viva Street et l'OCRTEH travaillent depuis plusieurs années en "partenariat"
Viva Street et l'OCRTEH travaillent depuis plusieurs années en "partenariat" © DR

Cette proximité entre l'OCRTEH et Viva Street avait déjà été mise en évidence en 2011 dans un rapport parlementaire sur la prostitution. Rapport qui mentionnait l'existence d’un partenariat avec Vivastreet.

Extrait du rapport parlementaire de Guy Geoffroy en 2011
Extrait du rapport parlementaire de Guy Geoffroy en 2011 © DR

L’auteur de ce rapport est le député Les Républicains, Guy Geoffroy. Il se demande si c’est à l'OCRTEH qu’il fallait confier cette enquête.

Est-ce que l'OCRTEH, compte tenu des éléments que vous avez, est l'organisme le mieux placé ? Je trouve cette interrogation parfaitement légitime.

Contacté, Jean-Marc Droguet, le patron de l'OCRTEH n'a pas souhaité commenter ces informations.

Le Parquet de Paris indique qu'il savait que Viva Street collaborait avec la police, mais il considère que cela ne nuira en rien au bon déroulement de l'enquête.

► Enquête Secrets d'Info à lire et écouter |Les sites de petites annonces : nouveaux repaires de prostitution

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.