Le conflit entre la victime et son agresseur présume serait né d'un article du Canard enchaîné de décembre 2012. Selon l'hebdomadaire satirique, Younes Bounouara aurait touché 1,7 million d'euros de Serge Dassault en échange de l'aide apportée à l'élection de Jean-Pierre Bechter en 2010 à la Mairie de Corbeil Essonne, et n'aurait pas redistribué l'argent "comme il devait le faire", selon la victime Fatah Hou.

Younès Bounouara est accusé d'avoir tiré le 19 février 2013 sur Fatah Hou, qui circulait en voiture dans le centre de Corbeil-Essonnes, blessant très grièvement ce boxeur qui en garde des séquelles.

Serge Dassault, sénateur LR de l'Essonne et ancien maire de Corbeil-Essonnes, a confirmé le don de deux millions d'euros qui était destiné selon lui à "financer un projet industriel en Algérie". Il nie les accusations d'achat de votes, qui lui valent une mise en examen dans un autre dossier.

"Privés d'un témoin essentiel"

Serge Dassault, entendu comme témoin assisté, n'a finalement pas été mis en cause. Cité à témoigner par la défense, le milliardaire a fait parvenir une lettre de son avocat Pierre Haïk, lue à l'audience par le président, invoquant "un voyage à l'étranger" et "un agenda chargé" l'empêchant de répondre à sa convocation, ce que l'avocate de Fatah Hou regrette.

Autre témoin de la défense qui ne se présentera pas à l'audience, Jean-Pierre Bechter, le successeur de Serge Dassault à la mairie de Corbeil. Alors qu'il continue de siéger au conseil municipal, Jean-Pierre Bechter a fait valoir, via son avocat, "des problèmes de santé" rendant incompatible sa comparution.

Une ambiance délétère

La cour a entendu des proches de Dassault et Bechter qui font étét de SMS de menace, de chantage alors qu'on parlait dans les "quartiers" d'argent distribué pour les élections...

Sara Ghibaudo est à l'audience

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.