arrestation en france de quatre personnes liées aux filières djihadistes
arrestation en france de quatre personnes liées aux filières djihadistes © reuters

Alors que la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles doit examiner à 11 heures la demande de remise aux autorités belges du tueur présumé du musée juif de Bruxelles, les ministres de l'intérieur de l'Union Européenne vont se pencher sur les mesures à prendre pour enrayer la vague de départs en Syrie et mieux surveiller les djihadistes à leur retour en Europe.

►►► ALLER PLUS LOIN | Nemmouche refuse sa remise aux autorités belges

Le coordinateur européen de lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, va rendre public son rapport et faire une série de propositions.

Un plan d'action en quatre volets : reportage de Géraldine Hallot

Le profil du suspect de la tuerie du Musée juif de Bruxelles a réveillé le débat sur l'efficacité de l'antiterrorisme français, la capacité des autorités à lutter contre la radicalisation islamiste en prison étant notamment mise en doute. Deux ans après l'affaire Merah, qui a mis en lumière des "dysfonctionnements" du renseignement français, la nouvelle Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) n'a pas pu empêcher le passage à l'acte présumé d'un Français de 29 ans, fiché depuis un an, à son retour de Syrie.

Dans Le Monde, Gilles de Kerchove, coordinateur pour l'UE de la lutte antiterroriste, affirme :

Nous affrontons des gens qui savent comment exploiter nos règles de libre circulation.

Les routes du jihad
Les routes du jihad © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.