Wikipedia menacé par la DCRI
Wikipedia menacé par la DCRI © Radio France

Personne ou presque ne connaissait le site militaire de Pierre-sur-Haute, dans le Massif Central. Mais depuis que la DCRI a tenté de censurer l'article Wikipedia sur le sujet, celui-ci a été vu 73.000 fois et traduit en plusieurs langues.

73.000 vues en 24h, selon le site Wikiscan. C'est peu de dire que la maladresse de la DCRI a eu l'effet exactement inverse à celui désiré.

En cause, un article sur la station hertzienne de Pierre-sur-Haute, un site militaire consacré aux communications interarmées françaises. Début mars, la DCRI demande à la Wikimedia Foundation de le retirer immédiatement, arguant d'une "atteinte au secret de la défense nationale". Refus poli de la fondation, qui estime que les informations fournies par les services français ne justifient pas une telle mesure.

Mais selon le récit publié par Wikimedia, la DCRI ne s'arrête pas là. Elle convoque l'un des administrateurs français du site le 4 avril, et le somme de supprimer sous leurs yeux l'article incriminé, sous peine d'être placé en garde à vue et mis en examen.

Retour de boomerang

Il s'exécute mais prévient les autres administrateurs. La page réapparait peu de temps après, mais elle est aussi traduite en plusieurs langues, et largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Bref, la DCRI a été victime d'un retour de flamme impressionnant. Olivier Bénis.

De son côté, le ministère de l'Intérieur conteste le terme de "menace" : "dans un état de droit, on ne peut pas assimiler à une menace l'engagement d'une procédure judiciaire". Il évoque un "passage qui pose problème à la sécurité nationale", sans plus de précision.

En attendant, la DCRI n'a pas franchement amélioré sa réputation sur le web et notamment sur Twitter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.