le génocide des tutsi au rwanda devant la justice française
le génocide des tutsi au rwanda devant la justice française © reuters

Ca n'est pas la première affaire de ce type, délicate à être jugée. A Melun aux assises de Seine-et-Marne comparaît un homme de 44 ans qui a étouffé dans son sommeil sa fille de 6 ans, Johana. Il ne supportait plus son lourd handicape.

Americo Carneiro a étouffé Johana en janvier 2011 à Boulancourt, à 80 kilomètres au sud de Paris. Vers 22h, le 3 janvier, il a placé sa main sur la bouche de sa fille et lui a pinçé le nez. Il voulait ensuite tuer son épouse mais n'en a pas eu le courage. Lors de son procès qui a commencé mardi matin, il a raconté la succession des événements qui l'ont conduit à tuer sa fille.

Je l'aimais

Ce maçon d'origine portugaise comparaît libre. Pendant sa garde-à-vue, il a avoué avoir voulu soulager les douleurs de sa fille étant contraint condamné à s'en occuper seul, sa femme étant maniaco-dépressive et régulièrement hospitalisée.

Je lui changeais les couches, je lui donnais son bain. Je lui faisais et lui donnais à manger. On regardait des programmes qu'elle aimait bien à la télé. Je la tenais dans mes bras, je lui faisais des bisous.

Johana était tétraplégique. Elle est née prématurée et était retardée mentale. Elle était totalement dépendante de ses parent depuis sa naissance.

L'accusé encourt une peine de réclusion à perpétuité mais le tribunal devrait prononcer une peine plus clémente. En 2008, une femme de 62 ans qui avait noyé sa fille handicapée de 26 ans avait été condamné à deux ans avec sursis. Le verdict est attendu vendredi.

Americo Carneiro a été traumatisé pendant son enfance : son frère est mort accidentellement et son père a été victime d'un accident vasculaire cérébral qui l'a rendu hémiplégique.

Corinne Audouin a assisté à l'audience

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.