Laboratoire Biotrial à Rennes
Laboratoire Biotrial à Rennes © MATHIEU PATTIER/SIPA

Guillaume Molinet est décédé le 17 janvier suite à l'essai thérapeutique d'une molécule du laboratoire portugais Bial testée à Rennes. Ses proches se sont exprimés pour la première fois vendredi. Ils veulent comprendre pourquoi ce père de famille a péri.

C'est la première fois que la famille de Guillaume Molinet s'exprime publiquement. Son frère notamment, et sa compagne, se sentent abandonnés et totalement désemparés. Les proches de cet homme veulent comprendre pourquoi ce père de famille a péri alors qu'il participait à l'essai thérapeutique d'une molécule du laboratoire portugais Bial. La famille, qui ne reçoit aucune infomation du laboratoire ou de l'hôpital, veulent savoir si certaines alertes ont été négligées

Thibault Lefevre était sur place

Six volontaires qui participaient à l'essai clinique de Phase 1 du "BIA 10-2474", une substance qui avait principalement des visées antidouleur", avaient été hospitalisés en janvier à Rennes et l'un d'eux était décédé. Quatre des survivants présentaient des lésions cérébrales et un autre aucune.

Pour l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), la molécule du laboratoire portugais Bial testée à Rennes est bien la cause de l'accident mortel. Les experts pointent notamment un effet d'accumulation des doses administrées et les antécédents médicaux de certains volontaires. Les experts notent le "caractère stupéfiant et inédit" de cet accident, "ne s'apparentant a priori à rien de connu".

Le Comité se réunira à nouveau le 24 mars pour établir ses conclusions définitives. L'accident fait l'objet de trois enquêtes, diligentées respectivement par l'ANSM, par l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) et par la police judiciaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.