Pour la troisième semaine du procès des attentats de Toulouse et Montauban qui a fait 7 victimes en mars 2012, la cour s'apprête à entendre plusieurs membres de la famille Merah.

Quelle influence les frères et sour de Merah ont-il eu sur le tueur de Toulouse et Montauban ?
Quelle influence les frères et sour de Merah ont-il eu sur le tueur de Toulouse et Montauban ? © Reuters / Philippe Wojazer

Dans la famille Merah, la cour a d’abord demandé Abdelghani. Le frère aîné de la fratrie s’en est largement détaché au point de dénoncer les violences de son cadet aujourd’hui accusé et de déclarer “c’est Mohamed Merah qui a pris le pistolet, mais c’est Abdelkader qui a tout pensé”.

Viendra ensuite Aïcha, pas vraiment en bon termes avec sa famille, elle non plus. Mais qui, exceptionnellement, dîne avec ses frères Abdelkader et Mohamed le 15 mars. Mohamed Merah vient alors d’abattre deux militaires à Montauban, quelques heures plus tôt. Mais il n'en est nullement question dans la conversation. Et c’est de voyages qu’ils discutent pendant cette soirée.

A l’audience, le lendemain, c’est la femme qu’Abdelkader Merah a épousée religieusement qui sera invitée à témoigner. Elle aurait encouragé son compagnon à pratiquer l’Islam, l’a accompagné pendant ses différents voyage en Egypte - où Abdelkader Merah a suivi des cours de religion - et s’est alors mise à porter le voile.

Enfin, celle qui a suscité les insultes des parties civiles le premier jour - notamment après avoir envoyé un baiser à son fils dans le box -, celle provoque des relents de haine sur les réseaux sociaux : la mère de la fratrie Merah. D’elle on a déjà entendu à l’audience qu’elle a fui un mari violent, n’a pu s’occuper correctement de ses enfants … au point de voir Mohamed Merah placé en foyer dès l’âge de 7 ans.

Manquera seulement Souad, sœur aînée de Mohamed et Abdelkader Merah. Qui avait dit sa fierté devant les crimes de son frère. Mais qui a quitté la France. Et que l’on a suspectée d’avoir rejoint la Syrie, avec ses quatre enfants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.