Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats,mort lors de l’assaut de l’appartement de Saint-Denis
Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats,mort lors de l’assaut de l’appartement de Saint-Denis © MaxPPP

Le tribunal correctionnel de Bruxelles doit rendre sa décision dans le procès en appel de la filière Zerkani, soupçonnée d'avoir envoyé une trentaine de personnes en Syrie et dans laquelle on retrouve de nombreux acteurs des attentats du 13 novembre.

Dans cette filière, on retrouve le nom d'Abdelhamid Abaaoud , chef des commandos du 13 novembre. Figure aussi le nom de Chakib Akrouh . Cet homme était avec Abaaoud et le kamikaze Brahim Abdeslam dans la voiture qui a mené l'attaque des terrasses. Il est ensuite mort en actionnant sa ceinture explosive lors de l'assaut de Saint-Denis. Egalement présent, dans cette liste, Gelel Attar , qui a été arrêté au Maroc pour des liens supposés avec les attentats du 13 novembre. On découvre par ailleurs plusieurs membres de la famille du logeur de Salah Abdeslam à la fin de sa cavale.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les terroristes du 13 novembre et leurs complices

Dans la filière Zerkani, il y a aussi Reda Kriket , ce Français de 34 ans soupçonné de préparer un attentat imminent et dans l'appartement duquel, à Argenteuil, un véritable arsenal a été retrouvé. En juillet dernier, il a été condamné à 10 ans de prison en son absence pour avoir "joué un rôle important dans le financement et l'aide matérielle" apportée à la filière Zerkani. Un des candidats au départ en Syrie aurait ainsi reçu de sa part 12 0000 euros.

Une deuxième filière Zerkani

Dans l'entourage de Khalid Zerkani, le principal instigateur de cette filière, on retrouve aussi Najim Laachraoui, l'un des deux coordonnateurs des attaques du 13 novembre, mais aussi kamikaze de Zaventem et artificier des attentats de Paris et Bruxelles. Jugé à Bruxelles en janvier dernier dans ce qu'on a appelé le procès "Zerkani 2", le procureur avait requis à son encontre 15 ans de prison.

Khalid Zerkani, "Papa Noël" du djihad

Khalid Zerkani est surnommé "Papa Noël" pour les cadeaux qu'il offrait aux jeunes sur le point de partir en Syrie ... des cadeaux le plus souvent issus de vols. Car les dirigeants de la filière Zerkani prônaient le vol pour financer le djihad. Dans son premier jugement rendu en juillet 2015, le tribunal correctionnel de Bruxelles estime:

Il professait un islamisme djihadiste radical et qu'il s'était fait une spécialité de circonvenir des personnes en décrochage, souvent très jeunes, pour les "endoctriner" et les inciter à gagner les terres de djihad.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.