Le gouvernement français s’apprête à discuter au Parlement d'un projet de loi sur la garde alternée. Il s'agirait pour la justice de proposer ce mode de garde systématiquement. Mais la question fait débat chez les pédopsychiatres.

Les juges aux affaires familiales seraient chargés de proposer la garde alternée de façon systèmatique.
Les juges aux affaires familiales seraient chargés de proposer la garde alternée de façon systèmatique. © AFP / PATRICK KOVARIK

La commission des lois s'apprête à discuter un texte proposant l’instauration d'un "principe général de résidence des enfants chez chacun de leurs parents, afin de traduire leur égalité, cela toujours dans le respect de l'intérêt supérieur de l'enfant".

Aujourd'hui, quand des parents mariés ou pacsés se séparent, les enfants restent avec leur mère dans 73 % des cas. La résidence alternée ne concerne que 17 % des familles séparées, et la garde exclusive chez le père 7 %. Mais personne n'est d'accord sur les avantages et inconvénients de la garde alternée.

Les pédopsychiatres divisés sur la question

Nombreux sont ceux qui estiment en effet que ce n'est pas bon pour l'enfant, surtout quand il a moins de trois ans. À cet âge-là, disent-ils, on a besoin de sécurité, de stabilité, de routine, le lien avec la mère est charnel. Or passer "une semaine chez maman" et "une semaine chez papa" peut entraîner une perte de repères, des troubles du sommeil et un sentiment d'abandon.

Chez les partisans de la résidence alternée, à l'inverse, on met en avant le nécessaire rééquilibrage des rôles entre le père et la mère. Un père doit pouvoir partager le quotidien de ces enfants : les devoirs, les visites chez le médecin, les petits bobos et les grands chagrins. Or si un père ne voit ses petits que pendant les vacances, et un week-end sur deux, il devient un "papa loisirs" et ne participe qu'à la marge à l'éducation de ses enfants.

Finalement il n'y a qu'un point qui met presque tout le monde d'accord : plus les enfants grandissent, et plus la garde alternée peut leur être bénéfique, notamment au moment de l'adolescence.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.