L'actuel bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur
L'actuel bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur © Maxppp / Marlene Awaad

Les avocats du barreau de Paris doivent désigner mardi et jeudi le successeur de Pierre-Olivier Sur au poste prestigieux de bâtonnier. Une élection particulièrement tendue cette année, entre neuf candidats très différents.

Les 28 000 avocats parisiens votent à partir d'aujourd'hui pour élire leur futur bâtonnier, qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2016 pour une durée de deux ans. Il deviendra alors le représentant de la moitié de la profession (puisque le barreau de Paris concentre la moitié des avocats de France ).

On comprend alors pourquoi cette fonction, qui consiste principalement à arbitrer les conflits professionnels et à porter la parole des avocats, est aussi très convoitée pour le prestige qu'elle peut apporter.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les déclarations des neuf candidats (PDF)

Au fil des années, certains ont par exemple profité de leur mandat pour servir de grandes causes, comme Christian Charrière-Bournazel à la fin des années 2000, qui s'est battu pour obtenir la présence de l'avocat en garde-à-vue . D'autres ont tenu à faire évoluer la profession, comme Christiane Feral-Schuhl qui s'est engagée pour les femmes avocats .

Économies, secret professionnel et réduction d'effectifs

Cette année, les candidats ont des programmes divers, mais où l'on retrouve souvent un mot : économies . Il faut dire que l'Ordre parisien a la mauvaise réputation de dépenser sans compter. D'autres candidats prônent également une réglementation de l'accès à la profession, face à l'afflux de nouveaux confrères alors qu'il y aura bientôt trop d'avocats à Paris . Tous ou presque veulent aussi lutter pour un renforcement du secret professionnel , qu'on a vu attaqué par des écoutes téléphoniques, notamment dans l'un des dossiers judiciaires contre Nicolas Sarkozy.

Il y a aussi l'original de service, celui qui ne présente aucun programme pour que personne ne soit "ni déçu, ni trompé".

Le scrutin va en tout cas se dérouler dans un contexte bien particulier, avec une candidature contestée, celle de l'actuel vice-bâtonnier Laurent Martinet. Certains estiment qu'il n'est pas légitime à se présenter, puisqu'il aurait bénéficié des moyens de l'Ordre pour mener campagne. Au début du mois, la cour d'appel de Paris a toutefois jugé irrecevable une demande d'un autre candidat, Patrice Rembauville-Nicolle, qui dénonçait "un détournement de procédure" et "une rupture flagrante d'égalité entre tous les candidats". Mais la cour rappelle aussi qu'en cas d'élection du vice-bâtonnier, un recours sera possible dans les huit jours suivant le scrutin.

Le premier tour se joue ce mardi, uniquement par vote électronique, avant un second tour jeudi. Selon un sondage publié début juin par le site Hub Avocat, c'est le duo Frédéric Sicard / Dominique Attias qui pourrait l'emporter, d'une courte tête. Laurent Martinet n'obtiendrait que la cinquième place.

► ► ► DOCUMENT | Le sondage Hub Avocat sur l'élection au bâtonnat 2016

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.