Un mort issu de la communauté chinoise, dans le 19e arrondissement parisien, crispe les relations avec la police et vire à la crise diplomatique.

Cette affaire a provoqué quelques tensions entre Paris et Pékin.
Cette affaire a provoqué quelques tensions entre Paris et Pékin. © Reuters / Damir Sagoli

La Chine demande à la France de protéger ses ressortissants. Cela après le décès dimanche à Paris d'un homme, lors d'une intervention policière à son domicilie, dans le 19e arrondissement. Les circonstances restent à préciser, la police et la famille présentent des versions différentes.

Après cette mort, quelque 150 personnes ont manifesté lundi soir devant le commissariat du 19e. Des affrontements ont eu lieu, trois fonctionnaires ont été légèrement blessés et 35 personnes ont été arrêtées.

Deux versions totalement différentes

Dans cette affaire, la thèse de la famille et de son avocat est en contradiction totale avec celle de la police et des déclarations des deux agents de la brigade anti-criminalité qui ont ouvert le feu. Les policiers invoquent la légitime défense pour justifier ce tir, alors que la famille de l'homme parle de violences policières sans sommation.

Un policier a bien été blessé et le médecin a constaté un coup de ciseaux sous une aisselle, à deux doigts d'une artère. Mais ce n’est pas au moment de ce coup que son collègue a tiré. D’après les policiers, l’homme serait revenu à la charge avec des ciseaux de cuisine de 25 centimètres.

Selon Calvin Job, l'avocat de la famille, le déroulé des événements est très différent. Selon lui, c'est le premier policier à être entré qui a fait feu tout de suite, sans sommation. La scène se serait déroulée sous les yeux de la fille de la victime.

Pékin demande des explications à Paris

De source policière, on se dit stupéfait ce mardi matin par la réaction de l'ambassade de Chine. Les autorités avaient vivement critiqué l'été dernier l’attaque d’un bus de touristes et l'agression mortelle d'un couturier à Aubervilliers. Mais cette fois-ci, la critique du gouvernement chinois porte sur une intervention policière. La Chine a demandé à la France de garantir "la sécurité et les droits" de ses ressortissants et "exigé" que Paris fasse "toute la lumière sur cette affaire". De son côté, Paris a assuré, par le biais de son ministère des Affaires étrangères, que la sécurité des ressortissants chinois est "une priorité des autorités françaises".

Le préfet de police Michel Cadot a proposé de recevoir des membres de la communauté chinoise ce mardi à 17h30.

Le ministère de l'intérieur a de son côté publié un communiqué sur cette affaire :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.