pour le parquet de lille, dsk n'est pas un proxénète
pour le parquet de lille, dsk n'est pas un proxénète © reuters

L'ancien patron du FMI, cité dans une plainte pour escroquerie dans l'affaire du fond d'investissements "LSK", va répliquer par une procédure en dénonciation calomnieuse.

Nous vous le révélions vendredi sur France Inter, DSK est au coeur d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris durant l'été pour escroquerie et abus de bien sociaux. L'enquête fait suite à la plainte d'un homme d'affaires, actionnaire du fond d'investissements "LSK" (Leyne Strauss-Kahn Partners) dont l'ancien directeur général du FMI a été l'administrateur. Le fonds a fait faillite l'an dernier, laissant un passif de 100 million d'euros, au préjudice de 150 créanciers, dont le plaignant, un homme d’affaires français qui a perdu les 500 000 € qu’il avait investis dans le groupe.

Pour l'ancien patron du FMI, il s'agit là d'une dénonciation calomnieuse. Il avait quitté la présidence de LSK avant la faillite, avant le suicide de son ancien associé, Thierry Leyne, qu 'il l'accuse d'avoir contracté "une série d'emprunts excessifs".

Pour Jean Veil, avocat de DSK, l'ex patron du FMI est lui-même une victime dans cette affaire puisqu'il a souscrit à une augmentation de capital en août 2014, avant que la société dépose son bilan.

Jean Veil, au micro de Mélanie Delaunay

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.